•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe proarmes à feu aurait la liste des membres du Parti conservateur

Le logo du Parti conservateur  en arrière-plan avec des ombres de quatre personnes au devant

Le logo du Parti conservateur du Canada

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

La Presse canadienne

Le Parti conservateur du Canada (PCC) demande à l'Association canadienne pour les armes à feu de détruire une liste des membres du parti qu'elle aurait obtenue de manière illicite lors de la récente course à la direction du parti.

Sur sa page Facebook, la formation politique a déclaré qu'elle enverra une mise en demeure à l'organisation pour qu'elle agisse promptement.

« Nous savons que nos membres sont contactés par une organisation externe, peut-on lire dans la déclaration en ligne. Le PCC ne divulgue pas – et ne divulguera jamais – des renseignements personnels sur nos membres à quiconque. »

Le Parti conservateur ne nomme pas explicitement l'Association canadienne pour les armes à feu, mais plusieurs membres du parti se sont plaints au cours des derniers jours sur les médias sociaux après avoir reçu une lettre de l'organisation, qui sollicitait des dons auprès des particuliers.

Plusieurs disaient croire que l'Association avait pu avoir accès à la liste des membres du parti distribuée aux 14 candidats qui ont participé à la course à la direction.

L'origine de la fuite

La formation politique ne précise pas l'origine de la fuite, mais dit avoir identifié « les parties responsables du partage de l'information ». Elle mentionne que des mesures disciplinaires seront adoptées.

Le directeur général du Parti conservateur, Dustin van Vugt, a confirmé les soupçons de plusieurs membres en répondant à un commentaire sur Facebook. Il a suggéré que les listes de membres distribuées aux différents aspirants chefs contenaient chacune certaines particularités, ce qui devrait permettre au parti de découvrir la source de la fuite.

« Si nous trouvons la source, elle aura enfreint les règles et pourra encore recevoir une amende qui sera saisie à même le dépôt de conformité », écrit-il.

Chaque candidat a dû effectuer un dépôt de 25 000 $ avant d'entrer dans la course. Le parti est en droit de saisir l'entièreté ou une partie de ce dépôt si un candidat enfreint les règles.

Un précédent

Un ancien porte-parole de la candidate défaite Kellie Leitch, Michael Diamond, a de son côté relevé qu'il ne s'agit pas de la première fois qu'une organisation externe au PCC obtient la liste des membres du parti.

La firme spécialisée en intentions de vote Mainstreet Research a tâté le pouls des membres du PCC pour le site iPolitics pendant la course à la direction, a-t-il noté.

Le président de Mainstreetm Research, Quit Maggi, a confirmé que son entreprise avait bel et bien reçu la liste en question, ajoutant que cette dernière lui avait été envoyée par les équipes de différents candidats qui s'affrontaient.

Le PCC ne s'est jamais plaint d'une telle pratique, a-t-il soutenu. Il a tout de même précisé que Mainstreet Research a une politique rigoureuse en matière de protection des informations de nature privée.

Maintenant que la course à la chefferie est terminée, le document a été détruit, a-t-il assuré.

M. Diamond était parmi les premiers à se plaindre d'avoir reçu une invitation à donner de une somme à l'Association canadienne pour les armes à feu.

« Il est devenu très évident que le dénominateur commun entre toutes ces personnes [sollicitées] était leur affiliation au Parti conservateur », a relaté l'ex-porte-parole de Mme Leitch.

L'équipe d'Erin O'Toole se défend

Pendant la campagne à la direction, l'Association canadienne pour les armes à feu a réalisé un bulletin pour chaque candidat, donnant son seul A à Erin O'Toole, qui a terminé au troisième rang derrière Andrew Scheer et Maxime Bernier.

Le directeur de campagne de M. O'Toole, Fred DeLorey, est le lobbyiste de l'Association. Il se défend toutefois d'avoir transmis la liste des membres à l'organisation. « Le parti a mené une enquête et a identifié les responsables et ils savent que ce n'est pas moi ni aucun membre de mon équipe de campagne », a-t-il assuré.

Politique fédérale

Politique