•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

David Suzuki qualifie d'occasion extraordinaire l’alliance NPD-verts

David Suzuki, le 3 mai 2017
David Suzuki, le 3 mai 2017 Photo: Radio-Canada

Un des environnementalistes les plus en vue du Canada, David Suzuki, appuie chaleureusement l'alliance entre le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Colombie-Britannique et le Parti vert en la qualifiant d'occasion extraordinaire.

David Suzuki, qui avait donné son appui au Parti vert et à son chef, Andrew Weaver, pendant les élections provinciales du 9 mai, avance que cette alliance réalise les souhaits de la majorité des Britanno-Colombiens.

« Ce sont 60 % des Britanno-Colombiens qui ont voté soit pour le NPD, soit pour les verts. Donc, en unissant leurs forces comme ils l’ont fait, ils représentent un gouvernement de la majorité », affirme-t-il.

Les deux partis ont signé une entente détaillée plus tôt cette semaine à Victoria.

Ils ont, entre autres, convenu de bloquer le projet d'expansion de l’oléoduc de l'entreprise Kinder Morgan, déjà approuvé par le gouvernement fédéral, d’augmenter la taxe carbone de 5 $ la tonne par année et de réviser le projet de barrage hydroélectrique du Site C.

Bien que l’augmentation du tarif de la taxe carbone ne soit pas à la hauteur de ses attentes (il l’a qualifiée de négligeable), David Suzuki se dit toutefois heureux que les deux chefs se soient engagés à stopper Kinder Morgan. Il ajoute qu'il n'y a aucne justification à la construction du Site C.

« Il y a une différence entre leur plateforme, mais les deux partis ont plusieurs points communs sur lesquels ils peuvent travailler », a-t-il dit. « L’essentiel, c’est de faire accéder un des plus grands climatologues du Canada [Andrew Weaver] à une position où il sera plus facile de l’entendre. »

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale