•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Commission des services policiers de Thunder Bay fait l’objet d’une enquête 

Une voiture de patrouille du Service de police de Thunder Bay.

Le Service de police de Thunder Bay.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Commission des services policiers de Thunder Bay fait actuellement l'objet d'une enquête par l'organisme provincial de surveillance des services policiers. L'annonce survient alors que des chefs autochtones ont demandé le démantèlement de la Commission, et le transfert des enquêtes de la police de Thunder Bay à la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

Un texte de Martine Laberge

Les chefs autochtones ont envoyé une lettre lundi à la Commission civile de l’Ontario sur la police (CCOP), demandant le démantèlement de l'organisme de Thunder Bay.

La Commission a répliqué en affirmant devoir d’abord procéder à une enquête avant de poser tout autre geste.

Dans une lettre envoyée au chef, la CCOP promet de nommer un enquêteur réceptif à la culture autochtone dont le mandat sera de réviser le travail de la Commission des services policiers de Thunder Bay.

La Nation Nishnawbe Aski demande le transfert des enquêtes à la GRC

En conférence de presse mercredi à Toronto, les chefs de la nation Nishnawbe Aski, du grand Conseil du Traité no. 3 et de la Première Nation de Rainy River ont réclamé l’intervention de la Gendarmerie royale du Canada afin d’enquêter la mort de personnes issues des Premières Nations à Thunder Bay.

Les chefs de la nation Nishnawbe Aski, du Grand Conseil du Traité no. 3 et de la Première Nation de Rainy River demande le démantèlement de la Commission des services policiers de Thunder Bay.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les chefs de la Nation Nishnawbe Aski, du Grand Conseil du Traité no. 3 et de la Première Nation de Rainy River demande le démantèlement de la Commission des services policiers de Thunder Bay.

Photo : Radio-Canada / Studio des médias QP

La requête survient alors que les corps de deux adolescents, ont été repêchés dans la rivière McIntyre de Thunder Bay en moins de deux semaines.

« La perte récente de Tammy Keeash et de Josiah Begg confirme une nouvelle fois l'incapacité du Service de police de Thunder Bay de mener des enquêtes compétentes et crédibles à l'égard de la mort d'autochtones qui ont pris une proportion épidémique dans des cours d'eau de la région », ont indiqué conjointement les chefs représentants la Nation Nishnawbe Aski et des communautés du Traité no. 3.

Le corps de Josiah Begg âgé de 14 ans, a été retrouvé dans les eaux de la rivière McIntyre près de deux semaines après sa disparition.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le corps repêché jeudi dans les eaux de la rivière McIntyre a été envoyé à Toronto pour fin d'identification et autopsie.

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Service de police sous la loupe

Le Bureau du directeur indépendant de l’examen de la police (BDIEP), chargé d’enquêter sur les plaintes du public concernant le travail des policiers, révise actuellement le travail du Service de police de Thunder Bay.

Plus précisément, le BDIEP passe au peigne fin les enquêtes de la police de Thunder Bay sur les morts d’Autochtones.

Les sept Autochtones morts à Thunder BayAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les sept Autochtones morts à Thunder Bay

Photo : CBC

Le Bureau a décidé de lancer cet examen à la suite d’une plainte déposée par la famille de Stacy DeBungee.

Le corps de l’homme de 41 ans avait été retrouvé dans la rivière McIntyre en octobre 2015.

La police de Thunder Bay avait conclu que sa mort n’était pas de nature criminelle.

Brad DeBungee ne croit pas la police de Thunder Bay, qui a écarté toute thèse de mort suspecte de son frère Stacy, en octobre 2015.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brad DeBungee ne croit pas la Police de Thunder Bay qui a écarté toute thèse de mort suspecte de son frère Stacy en octobre 2015.

Photo : Radio-Canada / Nick Sherman CBC

Par contre, un enquêteur privé embauché par la famille de la victime avait par la suite découvert des circonstances suspectes, incluant l’utilisation de la carte bancaire de Stacy DeBungee après sa mort.

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Autochtones