•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un professeur de Calgary arrêté pour avoir eu une relation sexuelle avec une élève

Une autopatrouille de la GRC

Une voiture de la GRC

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Un enseignant de Calgary de 45 ans fait face à des accusations d'agression sexuelle et de contact avec un mineur pour avoir présumément entretenu une relation avec une élève de l'École secondaire Bishop McNally entre 2007 et 2009.

La victime était âgée de 16 ans au début de l’agression sexuelle présumée. Les incidents se seraient produits dans plusieurs résidences de Calgary et à l’école secondaire située dans le nord-est de la métropole.

Une enquête a commencé en janvier, après que la jeune femme eût dénoncé des gestes de la part du professeur.

Selon la Police de Calgary, l’âge de consentement sexuel était de 14 ans au moment des faits reprochés, mais la relation sexuelle présumée était quand même illégale, puisque l’enseignant était en position d’autorité. « La relation a dépassé le seuil du normal pour s’aventurer dans le criminel », a expliqué l’agent Dominic Mayhew, de la Police de Calgary.

Le conseil scolaire catholique de Calgary s’est dit surpris et attristé par ces accusations. Le conseil affirme n’avoir reçu aucune plainte concernant cet enseignant qui travaillait pour lui depuis 14 ans.

Même si sa direction a été mise au courant d’une enquête fin janvier, Edwin Cay Arias est resté en poste jusqu’à son arrestation mardi. « Nous travaillons avec la police et ces derniers avaient le sentiment qu’il n’y avait pas de risque immédiat pour les élèves », a indiqué la directrice des communications du conseil, Tania Van Brunt.

Une procédure a été enclenchée pour suspendre l’enseignant.

Une lettre a été envoyée aux parents de l’école pour les informer de la situation et un soutien psychologique est apporté aux élèves de l’établissement qui en ressentent le besoin.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.