•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une immigrante illégale est morte en tentant d'entrer au Canada

Un groupe de migrants africains traverse la frontière canado-américaine près d'Emerson, au Manitoba.
Un groupe de migrants africains traverse la frontière canado-américaine près d'Emerson, au Manitoba. Photo: Reuters / Chris Wattie
Radio-Canada

Le bureau du shérif du comté de Kittson, dans l'État du Minnesota, confirme qu'une femme de 57 ans, possiblement ghanéenne, est morte d'hypothermie pendant son périple pour traverser illégalement la frontière canado-américaine.

Mavis Otuteye a été vue pour la dernière fois de son vivant le 22 mai, dans le comté de Kittson. Elle était officiellement portée disparue depuis le 25 mai.

Le corps de l’immigrante illégale a été retrouvé vendredi à l’ouest de l'autoroute I29 et à seulement 800 m du poste frontalier de la ville canadienne d’Emerson, qui est devenu l’un des postes frontaliers les plus fréquentés par les réfugiés au pays.

Une autopsie préliminaire révèle que la mort de la femme serait attribuable à une hypothermie, mais une autopsie finale doit confirmer cette constatation.

Le bureau du shérif du comté de Kittson ainsi que le bureau d’arrestation criminelle du Minnesota rapportent que leurs enquêtes sont toujours en cours.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) confirme qu’elle est consciente du fait que des restes humains ont été localisés à côté de la frontière internationale. Le corps policier canadien assure également que son équipe intégrée de sécurité de la frontière travaille étroitement avec son homologue américain et collaborera à cette affaire, si besoin est.

Une cause de décès inattendue

Les vastes champs entourant le poste frontalier d'Emerson, à l’extrême sud du Manitoba, sont devenus de véritables tremplins pour les réfugiés qui espèrent faire une demande d’asile au Canada.

Selon les données du gouvernement fédéral, la GRC a intercepté 477 demandeurs d’asile au Manitoba au cours des quatre premiers mois de 2017.

« Ce n’était qu’une question de temps avant que quelqu’un ne succombe à ses blessures ou meure d’hypothermie dans un champ ou au bord de la route », regrette le préfet de la municipalité rurale d’Emerson-Franklin, Greg Janzen.

On ne pensait pas trouver une personne morte à ce moment-ci de l’année. Nous pensions peut-être trouver quelqu’un mort gelé, en hiver, mais pas à cette période de l’année.

Greg Janzen, préfet d'Emerson-Franklin

Le préfet affirme qu’on lui a seulement dit que le corps a été trouvé non loin d’Emerson, tout juste de l’autre côté de la frontière américaine, et que la femme n’était pas résidente locale du comté de Kittson.

M. Janzen souligne que la mort de cette femme est un rappel poignant à la communauté du fait qu’il est toujours aussi risqué pour les demandeurs d’asile de se rendre illégalement au Canada.

Ces gens marchent au milieu de la nuit, ils ne savent pas où ils vont, et si [Mavis Otuteye] est morte d’hypothermie, alors il ne fait pas encore assez chaud pour se déplacer en sécurité.

Greg Janzen, préfet d'Emerson-Franklin

Les résidents de la municipalité rurale d’Emerson-Franklin ont pris l’habitude de vérifier régulièrement leurs champs ainsi que les fossés pour vérifier que des clandestins ou des corps ne s'y trouvent pas, particulièrement pendant la saison des semences, révèle le préfet Janzen. Quand les cultures grandiront et s'épaissiront, et à l’arrivée de la saison des récoltes, les réfugiés clandestins seront encore plus une source d’inquiétude, selon lui.

« [Les résidents] ont tous en tête de toujours vérifier, qu’il faut être aux aguets », ajoute-t-il.

Selon le préfet d’Emerson, il est temps de remédier aux lacunes de l’Entente sur les tiers pays sûrs, accord signé entre le Canada et les États-Unis le 5 décembre 2002, dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.

En vertu de l'accord, les personnes ayant déjà demandé l'asile aux États-Unis ne peuvent pas présenter une autre demande au Canada si elles arrivent par un poste-frontière officiel.

Manitoba

Nouveaux arrivants