•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des réfugiés décrochent leur premier emploi

Un an après son arrivée à Trois-Rivières, Berivan Ahmad a trouvé un emploi à l'usine de couture FilterFab.

Un an après son arrivée à Trois-Rivières, Berivan Ahmad a trouvé un emploi à l'usine de couture FilterFab.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Radio-Canada

La vie prend un nouveau virage pour la jeune famille de Berivan Ahmad, réfugiée syrienne issue de la minorité kurde. Elle et son conjoint sont arrivés à Trois-Rivières à l'hiver 2016. Un an plus tard, ils décrochaient leur premier emploi.

Un texte de Marie-Ève Trudel

« Avec le travail, c'est vraiment bien. Pas comme avant, dit Berivan Ahmad. On est plus confiants, on est plus indépendants. » Elle a trouvé un travail à l'usine de couture FilterFab, après avoir complété ses cours de francisation.

 

La réfugiée syrienne a dû trouver ses repères dans la fabrication de filtres industriels destinés à recueillir les particules fines dans les centrales électriques.

« Je pense qu'elle s'est bien intégrée au personnel, elle parle bien français. On est capable de bien se faire comprendre », dit la directrice adjointe de FilterFab, Lisette Dion.

Le conjoint de Berivan Ahmad, Seraj Muhmmad, combine deux emplois dans le domaine de la restauration. Lui aussi a dû s'adapter et parfaire son français.

Les premières semaines, c'était très, très difficile. J'étais gêné, caché!

Seraj Muhmmad, réfugié syrien et employé de Taouk Resto
Arrivé à Trois-Rivières à l'hiver 2016, Seraj Muhmmad combine maintenant deux emplois dans le domaine de la restauration.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arrivé à Trois-Rivières à l'hiver 2016, Seraj Muhmmad combine maintenant deux emplois dans le domaine de la restauration.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Trudel

Le français, la clé du succès

Stratégie Carrière offre un programme pour faciliter l'intégration en emploi pour les immigrants. Pour la première fois de son histoire, l'organisme a fait appel aux services d'un interprète afin de faciliter la communication avec les Syriens établis à Trois-Rivières.

« Le niveau linguistique, c'est le gros obstacle, dit la chef d'équipe chez Stratégie Carrière, Luce Ricard. Elle [l'interprète] se déplace également en milieu de travail pour s'assurer que les consignes de sécurité sont bien comprises », ajoute-t-elle.

L'organisme prend en considération les qualifications des chercheurs d'emploi issus de l'immigration, mais rappelle que plus de 90 % des emplois disponibles sont de type journalier.

Les Syriens à Trois-Rivières :

  • 22 familles
  • 19 hommes
  • 22 femmes
  • 71 enfants

Berivan Ahmad a perdu ses diplômes en informatique pendant la guerre. Pour elle, c'est du passé. Elle quitte son emploi pour un congé de maternité, mais elle sait déjà qu'elle reviendra à la couture. Son employeur aussi.

« Berivan s'est avérée être une bonne employée, donc elle va être chez nous pour un petit bout », dit Lisette Dion, qui ne cache pas son enthousiasme de voir arriver « le petit bébé FilterFab ».

Mauricie et Centre du Québec

Société