•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Syndicat des cols bleus de Montréal mis sous tutelle

Le directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique, Marc Ranger.
Le directeur québécois du Syndicat canadien de la fonction publique, Marc Ranger. Photo: La Presse canadienne / PC/Jacques Boissinot
Radio-Canada

Le Syndicat des cols bleus regroupés de Montréal est placé sous tutelle. Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), auquel il est affilié, en a fait l'annonce par communiqué, mardi matin.

Un administrateur national assumera donc les fonctions des dirigeants de la section locale 301 du SCFP « pour une période indéterminée ».

Le SCFP évoque « de graves difficultés de fonctionnement au sein de la section locale ».

« Une fois que les problèmes internes auront été réglés, de nouvelles élections auront lieu et la direction locale des affaires du syndicat sera rétablie avec un nouveau conseil exécutif élu », indique le communiqué.

Aucun détail n'a été révélé, mais la mise sous tutelle aurait été ordonnée après que des cols bleus eurent tenté d'intimider le directeur du SCFP-Québec, Marc Ranger, lors d'un congrès, plus tôt ce mois-ci.

La présidente actuelle du Syndicat des cols bleus, Chantal Racette, avait autorisé l'an dernier la surveillance par GPS de certains dirigeants de sa propre organisation, ce qui a provoqué des tensions et suscité la réprobation du SCFP. De plus, des membres veulent se désaffilier de la section locale 301 et fonder une nouvelle unité syndicale.

Mme Racette a dû répondre en mars dernier à des allégations d'irrégularités et de dépenses excessives. Sa direction est contestée depuis plusieurs mois. Un vote de confiance controversé a eu lieu au début de l'année.

Chantal Racette attribue les tensions aux changements qu'elle dit avoir apportés dans la conduite des affaires du syndicat depuis son élection, en avril 2015. Elle est considérée comme l'héritière de Jean Lapierre, qui a dirigé l'organisation de 1985 à 2003. Une statue en l'honneur de M. Lapierre se trouve devant le siège du syndicat, avenue Papineau à Montréal.

Réaction du Syndicat des cols bleus

Dans un communiqué, le Syndicat des cols bleus affirment avoir collaboré avec le SCFP national « afin de répondre à tous les questionnements ». Il dit avoir mis en place, le 8 mai dernier, « un vérificateur général ayant pour mandat de regarder à fond les finances de notre syndicat, non seulement des deux années de son mandat, mais bien des quatre dernières années, à titre de comparaison ».

Le Syndicat ajoute avoir révisé ses statuts le 10 mai, « afin d'éclaircir la légitimité de nos décisions ». Il affirme avoir réalisé des économies en révisant des avantages qui étaient consentis aux dirigeants précédents.

« Quant au prétexte de ce qui serait survenu à Québec [NDLR : la présumée intimidation de Marc Ranger], nous nions catégoriquement les prétentions lancées sur la place publique et nous en ferons la preuve devant toute instance ou tribunal appropriés », ajoute le communiqué.

Devant les bureaux du Syndicat, peu de cols bleus, actifs ou retraités, ont commenté la nouvelle de la tutelle.

Peu de réactions du côté des cols bleus et des retraités

De son côté, le bureau du maire Denis Coderre a indiqué qu'il ne ferait aucun commentaire sur les affaires internes du Syndicat des cols bleus.

Grand Montréal

Syndicalisme