•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nomination de Madeleine Meilleur : Yvon Godin dépose une plainte

L'ex-député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst, Yvon Godin

L'ex-député néo-démocrate d'Acadie-Bathurst Yvon Godin dépose à son tour une plainte auprès du Commissariat aux langues officielles contre la nomination de Madeleine Meilleur à titre de commissaire.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ancien député néo-démocrate Yvon Godin dépose à son tour une plainte au Commissariat aux langues officielles à propos de la nomination de Madeleine Meilleur au poste de commissaire.

Il s’agit de la troisième plainte à ce sujet.

Dans sa lettre de plainte, Yvon Godin se dit d’avis que le processus qui a mené à la nomination de Mme Meilleur, ancienne ministre libérale ontarienne, était « truffé de conflits d’intérêts, et donc, corrompu ».

Ce processus se voulait indépendant et impartial. Mme Meilleur a cependant reconnu avoir rencontré, avant sa nomination, deux proches conseillers du premier ministre Justin Trudeau. Elle a aussi assisté pendant la dernière campagne électorale à une réception organisée par des avocats en l’honneur de M. Trudeau.

Yvon Godin rappelle dans sa lettre que le commissaire aux langues officielles répond au Parlement et qu’il joue un « rôle prépondérant pour prévenir les dérives gouvernementales ».

Il est « mal à l’aise avec le fait qu’une contributrice du Parti libéral vienne se mêler des nombreuses plaintes que j’avais déposées alors que j’étais parlementaire tout comme des nouvelles plaintes que je pourrais déposer à titre de citoyen ».

Il pense que sa présence au Commissariat aux langues officielles pourrait dissuader les Canadiens de faire valoir leurs droits linguistiques.

En entrevue au Téléjournal Acadie, monsieur Godin a affirmé que le commissariat devrait sérieusement étudier la plainte et souhaite que quelqu'un prenne la cause et l'amène en cour. Il ne voit pas de problème à ce que le processus de nomination recommence à zéro.

Le Commissariat aux langues officielles avait indiqué, la semaine dernière, qu’il étudiait les deux autres plaintes, dont une du NPD et une autre d’une citoyenne, Chantal Carey, pour déterminer si elles étaient recevables. Il doit se prononcer à ce sujet mardi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !