•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Habitat 67 : Du rêve au cube

    Montage d’archives, Habitat 67
    Radio-Canada

    S'il demeure un édifice emblématique de l'Exposition universelle de Montréal, c'est bien Habitat 67. Pour le 50e anniversaire de l'Expo 67, le public est d'ailleurs invité à visiter le complexe d'habitation tout l'été. Retour en archives sur cette grande réalisation maintenant classée monument historique au Québec.

    Habitat 67, c’était le projet de thèse du jeune architecte Moshe Safdie. Avec son modèle d’habitation modulaire préfabriquée, il souhaitait créer un « village dans la cité » où il fait bon vivre en famille. Son projet novateur et urbain est retenu pour être érigé comme pavillon thématique à l’Expo 67. Habitat 67 devient ainsi la première réalisation du diplômé de McGill et lui donne du même coup une renommée mondiale.

    La réflexion de l’architecte, les plans de ce projet ambitieux et différentes étapes de ce chantier de construction inhabituel sont illustrés dans ce montage d’archives. Le chantier s’amorcera en 1965, respectant l’échéancier de 30 mois. On retrouve aussi des images de l’intérieur de certaines unités d’habitation. Au moment de l’Expo, 26 appartements sont décorés et ouverts au public. Un module dénudé est aussi laissé en démonstration pour les visiteurs.

    Chaque logement d’Habitat est vendu 45 000 $. Depuis, les appartements de la Cité du Havre ont été transformés en habitations de luxe. Le projet initial d’offrir à travers cette formule des logements familiaux à prix modique aura donc dérivé en cours de route. Il n’en demeure pas moins un bâtiment iconique de Montréal qui symbolise à merveille le rêve porté par l’Expo.

    Moshe Safdie

    Avec des œuvres comme Habitat 67 et la bibliothèque de Vancouver, Moshe Safdie a embelli le paysage urbain du Canada. Israélien d’origine, l’architecte a conçu des bâtiments publics originaux, aux formes avant-gardistes. Créateur et visionnaire, il est à l’origine du design de logements, de musées et même de quartiers un peu partout dans le monde.

    Moshe Safdie voit le jour le 14 juillet 1938, à Haïfa, en Israël. En 1955, il s’installe à Montréal, apprend l’anglais, puis s’inscrit à l’Université McGill en architecture.

    À 26 ans, Safdie crée un type différent d’habitations, à la géométrie très libre. Pour concevoir Habitat 67, il s’inspire des jeux de Lego et des maisons de sa ville natale. L’architecte veut introduire un nouveau style de vie urbain, un ensemble où plusieurs familles peuvent se loger dans un espace réduit.

    L’équipe que Moshe Safdie pilote en 1967 comprend une cinquantaine d’architectes, de dessinateurs et de maquettistes, dont plusieurs viennent de l'extérieur de Montréal. Le projet sème la controverse à l’époque. Certains journalistes crient au génie, alors que d’autres prévoient l’écroulement à court terme de ces « boîtes empilées ».

    Habitat 67

    • Habitat 67 comprend 365 modules préfabriqués en béton d’une surface de 5 mètres sur 12, et d’une hauteur de 3 mètres. Un appartement comporte un minimum de 2 modules.
    • Afin de réduire les coûts du projet, Safdie demande aux ingénieurs d’usiner les blocs sur le chantier. Il doit aussi renoncer à 840 des 1000 unités de logement prévues dans son plan initial.
    • D’abord pensé comme une solution économique au prix du logement urbain, Habitat 67 se révélera très onéreux. Le projet coûtera 21 millions de dollars.
    • Habitat 67 reçoit le prix d’architecture du gouverneur général du Canada et celui de l’Institut des architectes américains.
    • En 1967, les Israéliens conquièrent la partie arabe de Jérusalem lors de la guerre des Six Jours. Trois ans plus tard, le gouvernement israélien confie à Moshe Safdie la commande de réunifier les architectures arabes et israéliennes de la ville.
    Encore plus de nos archives  

    Archives

    Société