•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'amour au pays du mariage arrangé

Radio-Canada

En Inde, ce sont encore les parents qui décident le plus souvent avec qui se mariera leur enfant. Malgré tout, une jeunesse moderne tente de concilier sa volonté d'un mariage d'amour avec le respect des traditions.

Un reportage de Thomas Gerbet, correspondant en Inde

 

Recherche jeune végétarienne, hindoue, peau claire, bon salaire, pour mon fils. Tous les dimanches, deux pages du quotidien Times of India sont remplies de petites annonces matrimoniales. Le plus souvent écrites par des parents. Les annonces sont classées selon les critères de recherche : par religion, par caste, par profession...

Petites annonces dans le quotidien Times of India.

Petites annonces dans le quotidien Times of India.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Le web regorge aussi de sites où les familles tentent de trouver l'alliance parfaite. Des courtiers sont aussi très actifs, comme Harry Sumitra, arrangeur de mariages dans le nord de Mumbai. Son travail consiste à associer les profils qu'il reçoit sous forme de CV ultra-détaillés.

Harry Sumitra a arrangé plus de 600 mariages dans sa carrière.

Harry Sumitra a arrangé plus de 600 mariages dans sa carrière.

Photo : Radio-Canada

On trouve sur ces profils une multitude d'informations comme le groupe sanguin, la teinte de peau, la taille, le régime alimentaire, la profession, le salaire, la religion, les valeurs, la caste... et même une présentation de la famille.

Le profil d'une femme de 35 ans pour qui la famille recherche un époux.

Le profil d'une femme de 35 ans pour qui la famille recherche un époux.

Photo : Radio-Canada

« L’âge, l’éducation, on essaie d’assembler ça, explique Harry Sumitra. Les parents regardent le salaire aussi et si la maison du futur mari leur convient. » Il montre le profil d'un médecin pour qui il recherche une médecin ou au moins « une femme éduquée, avec une bonne situation. »

Sejal et Ronak, 26 ans, se marieront dans quelques jours.

Sejal et Ronak, 26 ans, se marieront dans quelques jours.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

C'est grâce à un courtier auquel ont fait appel leurs parents que Sejal et Ronak se sont rencontrés. Du même âge et issus de la même caste, les deux fiancés se connaissent depuis à peine deux mois. Ils se marieront dans quelques jours.

On était tous les deux célibataires, nos parents ont trouvé pour nous. À notre première rencontre, les familles étaient présentes.

Sejal, future mariée

S’ils font la paire sur papier, ils ne savent pas encore si l’amour sera au rendez-vous. « C’est l’aventure… mais, c'est la vie », dit Sejal.

Leur cérémonie de mariage sera grandiose : 1200 invités sont attendus. « Oui, c’est beaucoup, dit Ronak, mais c’est comme ça les mariages en Inde. »

Un mariage à Mumbai.

Un mariage à Mumbai.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Un mariage indien dure généralement trois jours et accueille un nombre incalculable d’invités, avec tout le luxe et le faste qu’on peut s’autoriser. Le mariage, c’est l’événement le plus important dans la vie d’un Indien. Un moment fondateur et sacré, qui est avant tout l’union de deux familles. En règle générale, après le mariage, la femme déménage dans la famille du mari et vivra dans sa maison avec ses parents.

Mariage arrangé... par les amoureux

Rahul, 22 ans, et Anjali, 20 ans, espèrent qu'ils pourront se marier.

Rahul, 22 ans, et Anjali, 20 ans, espèrent qu'ils pourront se marier.

Photo : Radio-Canada

C’est aujourd’hui le premier anniversaire de rencontre de Rahul et Anjali. Mais le couple n’a pas le coeur à la fête. Il est tourmenté par une ruse qu’il prépare. La famille du jeune homme est au courant de leur relation, mais pas celle de la jeune fille.

« Nous voulons que ce soit un mariage d’amour, mais on va le faire passer pour un mariage arrangé, explique Anjali. On va prétendre que sa famille recherche une future épouse dans ma famille. Je suis sûre que ça va fonctionner, parce qu’il a une maison, un bon compte en banque et on est de la même caste. »

Anmol,19 ans, et Trupti, 18 ans, amoureux.

Anmol,19 ans, et Trupti, 18 ans, amoureux.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Dans un parc de Mumbai, à l'ombre des grands arbres, des couples de jeunes se cachent de leurs proches. Simplement pour vivre leur amour. Il est mal vu d'avoir une relation avant le mariage. « C’est une question taboue », explique un des nombreux couples qui ont refusé de s'afficher devant notre caméra.

Anmol et Trupti font croire à leurs parents qu'ils ont du travail à faire ensemble. Un prétexte pour se rencontrer. Encore trop jeunes pour se marier (18 ans pour les filles et 21 ans pour les garçons en Inde), ils sont optimistes. Ils s'aiment et espèrent que leurs familles l'accepteront.

J'ai confiance qu'ils nous feront confiance. Mais nous devons d'abord stabiliser nos carrières.

Anmol, amoureux.
Des couples dans un parc de Mumbai.

Des couples dans un parc de Mumbai.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Tiraillés entre tradition et modernité, les jeunes Indiens revendiquent de plus en plus des mariages d’amour. Malgré tout, les unions arrangées sont encore largement majoritaires. En Inde, il est acquis que l’amour c’est quelque chose qui se développe après le mariage. Et cette fois, sans avoir à se cacher.

International