•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un cheval blessé mortellement lors d’un rodéo à Saint-Tite

Un spectacle au Festival western de Saint-Tite

Un spectacle au Festival western de Saint-Tite (ARCHIVES)

Photo : Festival western de St-Tite

Radio-Canada

Un cheval est mort après avoir été blessé lors d'un rodéo dimanche, à Saint-Tite. C'est la première fois en 50 ans qu'un tel accident survient lors d'un événement organisé par le Festival western de Saint-Tite.

Un texte de Marilyn Marceau

Le cavalier venait de s'éjecter du cheval quand la bête s'est affaissée par terre. Le cheval, nommé Grady, aurait subi une blessure à la colonne vertébrale.

« C’est vraiment une blessure sportive, ce n’est pas un accident, ce n’est pas un trou qu’il y avait dans l’arène, le cheval n’est pas rentré dans la clôture, c’est vraiment dans sa course, donc dans son mouvement naturel que c’est malheureusement arrivé », a déclaré le directeur général de l'organisation, Pascal Lafrenière, en conférence de presse lundi.

L’équipe vétérinaire du Festival western de Saint-Tite est intervenue, mais n’a pas réussi à sauver le cheval hongre de 6 ans.

Choc au sein de l'organisation

Les propriétaires de chevaux et tous ceux qui prennent part aux rodéos ressentent une immense tristesse, a affirmé Pascal Lafrenière.

Toute la communauté [des rodéos] est attristée par cela, parce qu’il faut savoir que ces bêtes-là font partie de la famille, [...] donc tout le monde trouve cela malheureux.

Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite

Le Festival a demandé à ce qu'une autopsie soit pratiquée sur l'animal.

« L’autopsie va nous permettre de mieux comprendre [ce qui est arrivé], de voir s’il y a des choses qu’on aurait pu faire ou ne pas faire, [...] comprendre si ça aurait pu être prévenu », explique le directeur général du Festival.

L'accident est survenu durant une épreuve de la discipline de la monte de cheval avec selle, lors des finales canadiennes de rodéo.

Le propriétaire de l'animal, Sylvain Bourgeois, de l'entreprise 2Wild Ranch à Saint-Tite, est très peiné par la mort de son cheval.

Homme devant une pancarte du FestivalAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Sylvain Bourgeois, de l'entreprise 2Wild Ranch à Saint-Tite, était propriétaire du cheval qui est mort dimanche. Il est aussi directeur du rodéo au Festival western de Saint-Tite.

Photo : Radio-Canada

Opposition à la tenue d'un rodéo à Montréal

Cette mort survient alors que des voix s’opposent à la tenue d’un rodéo cet été à Montréal dans le cadre des festivités du 375e anniversaire de la ville. Il s'agit d'un partenariat avec le Festival western de Saint-Tite.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, soutient que cela ne remet pas en question l'événement prévu en août.

Ça ne change rien, mais on va attendre de voir ce qui a causé la mort de l’animal. Mais on me dit que c’est très rarissime, [...] il peut y avoir des incidents aussi quand on fait du saut olympique avec les chevaux.

Denis Coderre, maire de Montréal

Une demande d’injonction a été déposée en cour dans le but de faire annuler la tenue du rodéo à Montréal. Elle a été rédigée par Alain Roy, professeur à la Faculté de droit de l'Université de Montréal, avec un groupe d'étudiants en droit.

Ils estiment que ce rodéo contrevient notamment à la Loi sur le bien-être et la sécurité de l'animal.

« C'est qu'on surexcite l'animal, on provoque des réactions chez l'animal et ce sont ces réactions d'une extrême violence qui finalement constituent un risque pour sa santé », croit M. Roy.

Les parties vont plaider leur cause le 16 juin au palais de justice de Montréal.

Le NomadFest Rodéo Urbain doit se tenir du 24 au 27 août dans la métropole.

Une question de survie, selon le Festival

L'organisation du Festival western de Saint-Tite compte démontrer que les animaux sont bien traités lors de ses événements. Pascal Lafrenière affirme que les normes appliquées durant les rodéos du Festival sont parmi les plus élevées au monde.

Pour nous, c’est clair qu’on joue la survie du Festival. S’il n’y a plus de rodéo, il n’y a plus de Festival western de Saint-Tite, et plus de Festival, c’est 50 millions de dollars [en retombées économiques] qui viennent de partir de la région.

Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite
Pascal Lafrenière devant la bannière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le directeur général du Festival western de Saint-Tite, Pascal Lafrenière, lors du point de presse lundi matin.

Photo : Radio-Canada

Il appelle à une mobilisation régionale « pour préserver ce trésor qu'est le Festival western de Saint-Tite et le sport de rodéo ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Animaux