•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment expliquer la bonne performance d'Andrew Scheer au Québec?

Le reportage de Raphaël Bouvier-Auclair
Radio-Canada

Dans une course très serrée, les appuis au Québec ont eu un poids important dans la victoire d'Andrew Scheer, qui reste tout de même assez peu connu dans cette province. Force est de constater que son opération séduction auprès des défenseurs de la gestion de l'offre a été efficace.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

C'est une réalité bien connue au Parti conservateur. Avec un système électoral qui donne un poids égal à chacune des circonscriptions, le Québec, avec ses 78 comtés, est incontournable.

Pendant cette longue course à la direction, Andrew Scheer a donc décidé de chasser sur les terres de Maxime Bernier. Le député de la Beauce a tout de même obtenu la majorité des points disponibles au Québec, mais de manière moins importante que ce qu'avait prévu son entourage.

Distribution des points au Québec, au dernier tour de scrutin :

  • Maxime Bernier : 55,62 %
  • Andrew Scheer : 44,38 %

Pendant la campagne, Andrew Scheer a fait beaucoup de promesses, dont celle de nommer un ministre québécois à Développement économique Canada s'il venait à prendre le pouvoir. Mais c'est beaucoup sa volonté de défendre le système de gestion de l'offre qui explique sa performance.

La gestion de l'offre au coeur de la stratégie

En janvier, Andrew Scheer s'est doté d'un directeur pour le Québec. Puis, 4 des 12 membres du caucus québécois, Luc Berthold, Sylvie Boucher, Pierre Paul-Hus et Alain Rayes, ont décidé d'appuyer le candidat saskatchewanais.

Rapidement, l'équipe d'Andrew Scheer a approché les agriculteurs mécontents de la volonté de Maxime Bernier d'abolir le système de gestion de l'offre, notamment en visitant des fermes et en s'arrêtant dans des rencontres de producteurs laitiers.

Andrew Scheer était de passage dans une ferme de Saint-Isidore.Andrew Scheer était de passage dans une ferme de Saint-Isidore. Photo : Radio-Canada

Il y a quelques mois, un groupe baptisé « Les amis de la gestion de l'offre et des régions » a été lancé par des agriculteurs pour inviter leurs collègues à adhérer au Parti conservateur et à voter contre Maxime Bernier.

Des centaines d'entre eux ont entendu l'appel et ont contribué à faire du Québec la province où le nombre de membres conservateurs a le plus augmenté, passant d'un peu moins de 4000 en janvier à plus de 16 000 à la fin de la course.

Ces agriculteurs, devenus membres conservateurs, ont été courtisés par plusieurs candidats au cours des derniers mois. Peu avant la fin de la course, le créateur du groupe leur a suggéré de voter pour Andrew Scheer au premier tour.

On peut voir les résultats au Québec et je crois que c'est un enjeu qui m'a aidé.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Visiblement, cette proposition a été respectée. Dans la propre circonscription de Maxime Bernier, en Beauce, Andrew Scheer l'a emporté avec 51 % des votes au dernier tour.

Après analyse des résultats du 13e tour, samedi soir, on s'aperçoit qu'Andrew Scheer l'a emporté dans près d'une trentaine de circonscriptions qui sont presque toutes rurales.

Bernier très populaire en ville

Maxime Bernier, qui a tout de même gagné dans la majorité des comtés québécois, a connu de très bonnes performances dans les circonscriptions urbaines de Montréal, Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières.

Le clivage entre les circonscriptions urbaines et rurales est important, puisque dans plusieurs cas, le gagnant l'a emporté avec un score avoisinant les 70 %, ou 80 %.

Dans 3 circonscriptions sur 78, Andrew Scheer et Maxime Bernier ont obtenu un nombre égal de points.

Politique