•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Replanter la zostère, « poumon vert » de l’estuaire

Le reportage de Patrick Bergeron
Radio-Canada

Depuis quelques jours, le comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire profite des marées basses pour planter de la zostère dans l'anse de Pointe-au-Père. Il s'agit d'une plante qui combat à la fois l'acidification des eaux et l'érosion des berges.

Un texte de Laurence Gallant, d’après les renseignements de Patrick Bergeron

À travers le brouillard qui recouvrait le fleuve samedi avant-midi, plusieurs bénévoles et membres du comité ZIP ont travaillé à restaurer l’herbier de zostère, un habitat qui a perdu en densité depuis plus de 15 ans dans l’anse de Pointe-au-Père.

Avant, [l’herbier de zostère] était très très dense, vraiment en bonne santé, et depuis une quinzaine, vingtaine d’années, il a commencé à régresser.

Jonathan Pothier, chargé de projets au comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire

Selon le chargé de projets au comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire, Jonathan Pothier, plusieurs hypothèses peuvent expliquer cette perte de terrain, dont l’activité humaine et la diminution des glaces en hiver.

Jonathan Pothier, chargé de projets au comité ZIP du Sud-de-l'EstuaireJonathan Pothier, chargé de projets au comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire Photo : Radio-Canada

Il explique que la zostère permet d’oxygéner l’eau de l’estuaire, tout en luttant contre l'érosion des berges.

Cette espèce accumule le carbone et rejette l’oxygène. C’est comme le poumon vert de la mer.

Jonathan Pothier, chargé de projets au comité ZIP du Sud-de-l'Estuaire

Comme l’anse de Rimouski possède un herbier de zostère en très bonne santé, les membres du comité ZIP vont y chercher des plants pour les transplanter par la suite à Pointe-au-Père.

Dans l'anse de RimouskiDans l'anse de Rimouski samedi matin Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Ces herbiers de zostère représentent de plus un havre de protection, de nidification et de nourrissage pour plusieurs espèces de juvéniles.

Cette année, 15 000 plants seront disposés sur six sites dans la région. Quelque 15 000 autres plants seront installés l'an prochain dans cet effort pour densifier les secteurs où se trouve la zostère.

Bas-Saint-Laurent

Environnement