•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : les Ontariens sont les plus favorables à la légalisation du cannabis au Canada

Des feuilles de cannabis
Des feuilles de cannabis Photo: Associated Press

Un nouveau sondage CROP Radio-Canada montre que les Ontariens sont généralement plus favorables à la légalisation du cannabis que les autres Canadiens. Ils seraient aussi ceux qui en consommeraient le plus tant à des fins récréatives que médicales.

La vente et la consommation de marijuana à des fins récréatives devraient être légales au Canada d'ici juillet 2018. Le gouvernement canadien a présenté un projet de loi en ce sens en avril dernier. Si la loi est adoptée, un adulte de 18 ans ou plus pourra posséder jusqu’à 30 g de cannabis séché ou l’équivalent en huile.

Selon le sondage CROP Radio-Canada réalisé du 11 au 23 mai auprès de personnes de 18 ans ou plus, l'idée plaît particulièrement aux Ontariens, 58 % de ceux qui ont été interrogés se disant favorables à une telle loi. C'est une proportion plus importante que dans le reste du Canada.

À l'opposé, les Québécois sont généralement plus défavorables (à 54 %) à la légalisation du cannabis que le reste des Canadiens.

58 % des Ontariens favorables à la légalisation du cannabis et 54% des Québécois défavorablesLa légalisation du cannabis - Sondage CROP réalisé du 11 au 23 mai 2017 Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon / Icônes : Freepik de www.flaticon.com

Il semble que les résidents de l'Ontario aient d'ailleurs une opinion éclairée sur la question, car 70 % d'entre eux affirment être les mieux informés sur le projet de loi.

C'est aussi en Ontario que la consommation de cannabis tant à des fins médicales que récréatives est la plus élevée au pays. À la question : « Au cours des 12 derniers mois, avez-vous consommé du cannabis? », 21 % des Ontariens sondés ont répondu positivement.

Méthodologie :

  • Sondage web par panel auprès de Canadiens âgés de 18 ans ou plus;
  • Durée : 7 minutes;
  • Sondage réalisé du 11 au 23 mai;
  • Total de 2536 entrevues complétées : 1017 au Québec et 1519 ailleurs au Canada, dont 637 en Ontario.

Les inquiétudes

Si, selon le sondage, les résidents de l'Ontario ont moins de craintes que les autres Canadiens quant à la légalisation du cannabis, 47 % des Ontariens interrogés se disent tout de même inquiets.

Les Ontariens craignent une augmentation des accidents de la route (à 54 %), qu'elle encourage la consommation de marijuana chez les jeunes (à 51 %) et une augmentation des cas de dépendance (à 41%).Légalisation du cannabis, craintes des Ontariens - Sondage CROP réalisé du 11 au 23 mai 2017. Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

Les points positifs

Les Ontariens sont une majorité (61 %) à croire que la vente de cannabis devrait être surtaxée.

Les revenus, estiment-ils (48 %), devraient ensuite être consacrés en priorité au financement du système de santé, bien avant le remboursement de la dette (16 %).

Ils sont aussi 72 % à croire que le gouvernement fédéral devrait compenser les provinces pour l'organisation de la distribution et les problèmes que pourrait engendrer la légalisation du cannabis.

La moitié des Ontariens sondés estiment toutefois que la légalisation permettrait un meilleur contrôle de la qualité du cannabis consommé, et 49 % pensent qu'elle entraînerait une hausse des revenus pour les gouvernements. Les trois quarts des répondants pensent que la loi permettra d'enrayer le marché noir du cannabis au Canada.Légalisation du cannabis - Sondage CROP réalisé du 11 au 23 mai 2017 Photo : Radio-Canada / Vincent Wallon

Où vendre le cannabis?

Selon une majorité de Québécois, le gouvernement devrait autoriser la vente de cannabis dans les points de vente déjà contrôlés par l’État, ou par de nouvelles entreprises d’État qui ne distribueraient que du cannabis.

En Ontario, contrairement au Québec, 34 % des résidents interrogés croient plutôt que la vente devrait se faire dans les pharmacies.

Mais lorsqu'on leur demande s'ils voudraient d'un point de vente dans leur quartier, près de la moitié (49 %) se disent défavorables.

Toronto

Politique