•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Abaissement du niveau d'alerte terroriste en Grande-Bretagne

Une jeune femme se rend à la place St Ann pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Manchester.

Une jeune femme marche vers la place St Ann pour rendre hommage aux victimes de l'attentat de Manchester.

Photo : Associated Press / Rui Vieira

Reuters
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités britanniques ont abaissé samedi le niveau d'alerte de critique à grave en Grande-Bretagne, cinq jours après l'attentat-suicide qui a coûté la vie à 22 personnes à la sortie d'un concert lundi soir à Manchester.

Le niveau d'alerte critique signifie que les services de sécurité considèrent qu'une autre attaque terroriste est imminente. Le niveau grave signifie que ce risque demeure hautement probable.

La conséquence de cette mesure est que les militaires qui étaient venus prêter main-forte aux forces de police pour patrouiller dans les rues des grandes villes britanniques retourneront dans leurs casernes à partir de lundi minuit.

La police britannique a, en outre, annoncé avoir procédé samedi à l'arrestation de deux hommes lors d'une perquisition dans le nord de Manchester.

Les deux suspects sont soupçonnés d'appartenir au réseau qui a aidé Salman Abedi, un jeune Britannique d'origine libyenne, à mener son attaque lundi à la sortie d'une salle de concert.

En tout, 11 personnes sont désormais interrogées par les enquêteurs, et le patron de l'antiterrorisme britannique a dit avoir bon espoir que le réseau avait été « en grande partie » démantelé ces derniers jours.

La Grande-Bretagne reste néanmoins en état d'alerte, et la sécurité des quelque 1300 événements publics programmés durant cette fin de semaine prolongée a été sensiblement renforcée.

Selon l'édition de samedi du Times, les services de renseignement britanniques ont identifié pas moins de 23 000 sympathisants djihadistes au Royaume-Uni.

Une source proche de l'enquête indiquait cette semaine à Reuters que 500 opérations de surveillance active concernant quelque 3000 personnes susceptibles de représenter une menace étaient en cours.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !