•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vol régional : le billet d'avion plus cher au Québec qu'ailleurs au pays

Un avion à l'aéroport de Sherbrooke

Un avion à l'aéroport de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le coût du billet d'avion pour un vol régional est 55 % plus élevé au Québec que dans les autres provinces canadiennes. C'est ce qui ressort d'une étude comparative réalisée à l'initiative de l'Union des municipalités du Québec (UMQ).

L'étude indique qu'un billet d'avion se chiffre à 1,20 $ par mille nautique au Québec comparativement à 0,77 $ par mille nautique ailleurs au pays. « Cette situation fait en sorte que les gens utilisent trois fois moins le transport aérien au Québec qu'ailleurs au Canada », souligne le président de l'UMQ et maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny.

Bernard Sévigny

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny

Photo : Radio-Canada

« Ça dit qu'il y a un problème. À partir du moment où les aéroports régionaux sont un outil de développement économique, ne serait-ce qu'au nom de la mobilité des gens d'affaires, on veut avoir les mêmes conditions pour pouvoir se déplacer. Un coût pour se déplacer entre Gaspé et Montréal est à peu près le même, sinon plus cher, que de se déplacer à Paris. Oui, il y a un problème », ajoute Bernard Sévigny.

Monopole

Cette différence de prix serait due à deux principaux facteurs. « Dans les deux tiers des aéroports régionaux, il y a des situations de monopole. Quand il y a juste une ligne aérienne, c'est difficile de moduler le prix. Partout au Canada, c'est le contraire. Il y a deux tiers des aéroports où il y a de la concurrence », note M. Sévigny.

L'UMQ rappelle aussi qu'en matière d'infrastructures, il n'y a plus de programme au Québec pour aider les municipalités. Ces dernières gèrent 58 aéroports sur le territoire québécois.

Le coût du transport sera notamment l'un des sujets abordés lors du sommet sur le transport aérien régional, en février 2018, à Lévis.

Économie