•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa veut stimuler l'essor des véhicules zéro émission

Salon des véhicules électriques

Le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau, a annoncé vendredi la mise sur pied d'un comité consultatif qui élaborera une stratégie nationale pour accroître le nombre de véhicules zéro émission au pays, afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le ministre était de passage à Montréal pour l'ouverture du premier Salon du véhicule électrique à être tenu en Amérique du Nord.

« Ce qui est important pour nous est de faire réaliser aux gens que c’est un avantage d’avoir un véhicule électrique », a déclaré le ministre Garneau.

Le comité consultatif de 22 membres sera composé de gens provenant de l'industrie, mais aussi de groupes voués à la protection de l'environnement.

De plus, tant des représentants de l'industrie automobile que de divers ordres de gouvernement collaboreront à l'élaboration de cette stratégie d'ici l'an prochain.

Pour augmenter le nombre de véhicules zéro émission (VZE) en circulation, Marc Garneau reconnaît que la seule sensibilisation du public ne suffira pas. Il faut aussi, dit-il, « que les manufacturiers de véhicules électriques les rendent plus disponibles ».

Le ministre Garneau dit être en contact avec l'industrie et croit « qu'on s'en va dans la direction désirée ». Au Canada, seulement 0,56 % des véhicules vendus l'an dernier étaient électriques. Au Québec, ce chiffre s'élevait à près de 1 %.

Des coûts et des bornes

À part la sensibilisation qui reste à faire et l'offre restreinte, deux autres obstacles se dressent sur la voie : les coûts que représentent les véhicules électriques pour leurs propriétaires et l'accès, encore limité, aux infrastructures.

« L’infrastructure ne pourrait pas suffire à la tâche actuellement si on avait 100 000 ou 200 000 véhicules électriques sur la route », explique Jesse Caron, expert automobile de CAA-Québec.

Parcourir de longues distances avec un VZE ne s'improvise pas. Les automobilistes doivent en effet composer avec la limite d'autonomie des batteries, qui ne dépasse pas 500 km. Il leur faut par conséquent s'assurer de trouver des bornes de recharge sur leur route.

Jesse Caron affirme que le Québec s'est doté de 872 bornes de recharge, dont 77 bornes rapides.

Rentable et agréable

Cet expert des questions automobiles s'efforce d'expliquer aux consommateurs qu'il est possible, dans certaines conditions, de rentabiliser l'achat d'un véhicule électrique sur une période de quatre ou cinq ans. Il tente aussi de leur parler du plaisir de conduire pareil véhicule.

Pourquoi les gens pensent que c’est ''plate'' à conduire, un véhicule électrique? Ce n’est pas le cas. C’est un véhicule silencieux et performant dès le départ, et qui évite les visites au garage et à la pompe. C’est le genre de choses qu’il faut expliquer aux gens.

Jesse Caron, expert automobile, CAA-Québec

Environ 30 000 personnes sont attendues au Salon du véhicule électrique de Montréal, où l'on présente aussi des bateaux, des motos, des vélos, des planches à roulettes et des triporteurs électriques.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique