•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de transmission Manitoba-Minnesota inquiète encore à La Broquerie

Des participants à l'audience publique de La Broquerie sur la ligne de transmission Manitoba-Minnesota consultent la carte du tracé.

Des participants à l'audience publique de La Broquerie sur la ligne de transmission Manitoba-Minnesota consultent la carte du tracé.

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Radio-Canada

Plus d'une quarantaine de personnes ont assisté à une audience publique à La Broquerie jeudi soir, sur le projet de ligne de transmission Manitoba-Minnesota d'Hydro Manitoba. Tous ceux qui ont pris la parole ont exprimé leur opposition au tracé proposé, jugé trop proche des propriétés.

Depuis le début du mois de mai, la Commission de protection de l'environnement du Manitoba tient une série d’audiences publiques dans plusieurs communautés concernées par le projet de ligne de transmission, y compris La Broquerie.

Hydro Manitoba propose la construction d'une ligne internationale à haute tension de 500 kilovolts. Ce projet doit permettre d’exporter l’électricité manitobaine aux États-Unis.

L'audience publique de la Commission de protection de l'environnement du Manitoba, présidée par Serge Scrafield

L'audience publique de la Commission de protection de l'environnement du Manitoba, présidée par Serge Scrafield

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Le tracé qui a été retenu par la société d'État serait de 213 km de long et partirait du poste de conversion de Dorsey, au nord-ouest de Winnipeg, pour rejoindre la frontière avec les États-Unis, près de Piney.

Ce tracé passe tout près du village de La Broquerie, ce qui inquiète des résidents. Déjà en 2015, la municipalité avait fait circuler une pétition contre le projet. À l’audience de jeudi, les personnes qui ont témoigné - la plupart des agriculteurs, propriétaires de fermes - ont toutes manifesté leur opposition à la route choisie.

Plusieurs ont déploré le manque de communication et de transparence de la part d’Hydro Manitoba, et ont souligné que la société d’État a commencé à approcher des propriétaires pour offrir l’achat de leur terrain même si le projet n’a pas encore reçu de licence.

Hubert Bouchard était l’une des personnes à s’exprimer au micro. Il explique que sa famille possède une ferme d’arbres avec un terrain de camping, et que la ligne passerait très proche des lieux.

« Ça nous inquiète et ça affecte beaucoup de monde. C’est inacceptable. J'espère que la commission va dire que c'est pas acceptable, et que la ligne passera à l’est tout simplement. C’est tout ce qu’on veut. »

Alain Fournier (à g.) et son père Bernard Fournier

Alain Fournier (à g.) et son père Bernard Fournier

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

Bernard Fournier, qui possède une ferme plus que centenaire à La Broquerie, était également présent dans la salle jeudi soir en compagnie de son fils Alain Fournier. Ils disent ne pas être contre le projet, mais eux aussi souhaitent que la ligne soit déplacée plus à l’est, « à environ 5 miles, là où il n'y a absolument personne qui demeure », précise Alain Fournier.

« Moi je demeure à trois quarts de miles où la ligne va être et mon père à un quart de mile. Et à l’automne, ses animaux, ils vont au pâturage juste en dessous de la ligne : ça peut pas être bon pour les vaches », poursuit-il.

« C’est proche aussi des écoles, les enfants sont affectés. Et La Broquerie est une place qui grossit gros dans les dernières années. Ça, ça va modérer l’agrandissement du village. »

Ils regrettent que jusqu’ici, Hydro Manitoba n’ait pas semblé les écouter, selon eux.

Nous autres, il n'y a pas d’argent qu’ils peuvent nous donner pour compenser. L’argent ne nous intéresse pas.

Alain Fournier, résident de La Broquerie

« Pour tenter d'éviter les propriétés, Hydro Manitoba n'aurait pas pu faire un pire travail », renchérit Scott Blonski, un autre participant à la rencontre.

Lui-même est résident de la municipalité rurale de Taché, qui est aussi touchée par le projet. Il est membre d’un groupe qui s’est formé pour rassembler des opposants au tracé, la Southeast Stakeholders Coalition. Il explique que cette coalition a débuté de façon informelle puis a grandi peu à peu, et sert de groupe de soutien et d'entraide.

Des participants à l'audience publique de la Commission de protection de l'environnement à La Broquerie, sur le projet de transmission Manitoba-Minnesota

Des participants à l'audience publique de la Commission de protection de l'environnement à La Broquerie, sur le projet de transmission Manitoba-Minnesota

Photo : Radio-Canada / Marouane Refak

En attente d'une décision finale

Dans une déclaration écrite à Radio-Canada, un porte-parole d’Hydro Manitoba souligne que la société d'État continue de discuter du projet avec les propriétaires concernés, et insiste : les travaux de construction ou d’aménagement de la ligne ne commenceront pas tant que le projet n’aura pas reçu l'approbation finale du provincial et du fédéral.

Après les audiences, la Commission de protection de l'environnement remettra son rapport au ministère du Développement durable du Manitoba, et c'est la province qui aura la décision finale.

Manitoba

Infrastructures