•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissariat aux langues officielles : la nomination de Madeleine Meilleur dénoncée

Le juriste acadien Michel Doucet, candidat au poste de commissaire aux langues officielles du Canada, soutient qu'un député libéral fédéral lui a indiqué que s'il ne parlait pas à certains chefs de file du Parti libéral du Canada, il ne pourrait pas obtenir le poste.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB), qui avait déjà dénoncé la partisanerie dans le processus de sélection de Madeleine Meilleur, croit aujourd'hui que l'apparence de conflit d'intérêts est trop grande.

Radio-Canada rapportait jeudi matin que le juriste acadien Michel Doucet, candidat au poste de commissaire aux langues officielles du Canada, soutenait qu’une forme de partisanerie politique avait joué dans la nomination de Madeleine Meilleur à ce poste.

On lui aurait dit qu’il fallait parler à certaines personnes-clés du gouvernement s’il voulait obtenir cette nomination. L’avocat dit avoir répliqué que lorsqu’il présentait une candidature, il voulait être choisi pour ses compétences et non pas pour ses allégeances politiques.

« C’est complètement inacceptable, on voit que le processus de nomination a été complètement floué. Finalement, c’est de la magouille politique de basse classe. »

— Une citation de  Kevin Arseneau, président de la SANB
Kevin Arseneau, président de la SANBAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Kevin Arseneau, président de la SANB

Photo : Radio-Canada

L’apparence de conflit d’intérêts vient du fait que Madeleine Meilleur est une ancienne ministre libérale de l’Ontario.

Pour Kevin Arseneau, il est trop tard pour Madeleine Meilleur. Tout est à recommencer. « À ce point-ci, elle ne peut pas occuper ces fonctions-là et l'on devra repasser un processus de nomination pour trouver le prochain ou la prochaine commissaire aux langues officielles », a-t-il martelé.

Une plainte serait déjà à l’étude par Michel Doucet. Cette plainte au Commissariat aux langues officielles contre le premier ministre et le gouvernement fédéral pourrait avoir l’effet de créer un précédent sur les processus de nomination d’autres hauts fonctionnaires du Canada.

La Fédération des communautés francophones et acadiennes du Canada (FCFA) tiendra, quant à elle, une consultation avec tous ses organismes membres jeudi soir afin d’aborder la désignation controversée de Madeleine Meilleur en tant que commissaire aux langues officielles.

Kevin Arseneau soutient l’idée d’une plainte. Il dit que la FCFA est « trop molle » dans ce dossier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !