•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

OUI-Québec dévoile l’entente entre les forces souverainistes

Claudette Carbonneau, présidente du groupe OUI-Québec

Claudette Carbonneau, présidente du groupe OUI-Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La présidente du groupe OUI-Québec, Claudette Carbonneau, a dévoilé le contenu de l'entente de principe entre les partis souverainistes québécois dans laquelle il est notamment question de la rédaction de la première constitution d'un Québec souverain.

Cette entente de principe avait été signée le 10 avril dernier au terme de pourparlers entre des représentants du Parti québécois, du Bloc québécois, de Québec solidaire et d’Option nationale.

L’entente avait depuis été gardée secrète à la demande de Québec solidaire, qui voulait d’abord consulter ses membres sur une éventuelle alliance avec le PQ, ce qui a été rejeté en congrès le week-end dernier.

À l’origine, le groupe baptisé OUI-Québec (Organisations unies pour l'Indépendance) s’est donné comme mission de réunir les partis souverainistes autour d’une même table pour élaborer une « feuille de route » souverainiste.

Dans l’entente présentée par la présidente de OUI-Québec, Claudette Carbonneau explique que le but recherché était d’élaborer une démarche commune et acceptée d’accession à l’indépendance. Ce qui fut fait.

Le processus d’accession à la souveraineté élaboré par les quatre partis comporte en premier lieu la formation d’une assemblée constituante dotée d’un mandat clair, soit celui de rédiger la première constitution d’un Québec indépendant.

« Le tout culmine par la tenue d’un référendum auprès de la population québécoise qui va être invitée à se prononcer tant sur le contenu de la constitution proposée que sur le statut du Québec », explique Claudette Carbonneau.

Cette entente-là devait cheminer dans les congrès de chacun des partis politiques et c’est à ce moment-là, lorsqu’il y aura eu ratification par chacun des congrès, qu’elle prendra son caractère définitivement formel. À ce jour, on a toujours parlé d’une entente de principe.

Claudette Carbonneau, présidente de OUI-Québec

Malgré tous les remous qui ont entouré la divulgation du contenu de cette entente et l’échec du projet de convergence entre le PQ et Québec solidaire, Claudette Carbonneau demeure fière du travail accompli et convaincue d’avoir fait œuvre utile en réunissant pour la première fois toutes les forces souverainistes en présence autour d’une démarche commune.

« C’est une entente dont on demeure particulièrement fiers. Je vous dirais qu’elle est novatrice. C’est la première fois dans notre histoire qu’on va remettre dans les mains du peuple québécois le soin de s’exprimer et même de rédiger une constitution qui répond à ses valeurs et à ses aspirations. », explique la présidente de OUI-Québec.

Il faudra se rasseoir à la table

Cette entente de principe demeurera, selon elle, un point de référence important, même si de son propre aveu il faudra que les partis souverainistes s’assoient de nouveau, tôt ou tard, pour mener à bien ce travail. « On doit ça, je crois, au projet d’indépendance », a-t-elle ajouté.

Il n’existe aucun pays à travers le monde qui a réalisé son indépendance sans s’assurer d’une vaste coalition de l’ensemble des indépendantistes.

Claudette Carbonneau, présidente de OUI-Québec

Politique provinciale

Politique