•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commissaire aux langues officielles : la FCFA convoque tous ses organismes

Sylviane Lanthier accorde une entrevue à la caméra

Sylviane Lanthier, présidente de la FCFA (archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

EXCLUSIF - La Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) tiendra une consultation avec tous ses organismes membres jeudi soir, afin d'aborder la désignation controversée de Madeleine Meilleur en tant que commissaire aux langues officielles.

Un texte de Catherine Lanthier

Les 19 organismes de la FCFA, soit 12 associations francophones provinciales et 7 organismes nationaux, seront appelés à se prononcer sur ce dossier qui fait la manchette depuis plusieurs jours.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement de Justin Trudeau a finalement levé le voile sur le processus de sélection (Nouvelle fenêtre) employé afin de pourvoir cette prestigieuse fonction.

La FCFA avait pressé le gouvernement de fournir publiquement ces informations (Nouvelle fenêtre) samedi dernier, afin de « préserver l'intégrité du poste de commissaire aux langues officielles ».

Madeleine Meilleur lorsqu'elle était procureure générale de l'Ontario en 2014..Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Madeleine Meilleur lorsqu'elle était procureure générale de l'Ontario en 2014..

Photo : La Presse canadienne / Colin Perkel

La FCFA est cependant restée muette depuis les explications fournies par le cabinet de la ministre du Patrimoine canadien. L’organisme national souhaite d’abord recueillir l’opinion de ses membres d’un bout à l’autre du pays.

Les révélations quant au processus de sélection ont permis d’apprendre que c’est la ministre Mélanie Joly qui a mené l’entrevue finale, ce qui a suscité un certain malaise dans la communauté, ravivant les accusations de partisanerie.

Le choix de l’ancienne ministre libérale de l’Ontario est particulièrement contesté en Acadie, où de nombreux organismes espéraient voir un premier Acadien à la tête du Commissariat aux langues officielles du Canada.

L’Assemblée de la francophonie de l’Ontario (AFO), qui représente les Franco-Ontariens, avait elle aussi réclamé davantage de transparence de la part du gouvernement fédéral sur ce qui a mené au choix de Madeleine Meilleur comme chien de garde des langues officielles au pays.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !