•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vente de Tembec bien accueillie dans le Nord de l’Ontario 

L'usine vue en hiver. Un nuage de fumée s'échappe de la cheminée.

L'usine Spruce Falls de Kapuskasing produit du papier journal.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Radio-Canada

Rayonier Advanced Materials Inc et Tembec ont annoncé jeudi la conclusion d'une entente définitive sur cette vente. L'entreprise américaine de la Floride, offre plus d'un milliard de dollars, une transaction qui a été approuvée à l'unanimité par le conseil d'administration de chaque société.

Le siège social demeurera au Québec et la nouvelle entreprise aura aussi une présence en Ontario.

Tembec a des usines de pâtes et papier et des scieries principalement dans le Nord de l’Ontario, à Hearst, Kapuskasing, Cochrane, Chapleau, mais aussi à Huntsville, en plus d’un bureau administratif à Toronto.

Tembec possède de nombreuses opérations dans le Nord de l’Ontario

L'usine de Tembec à Senneterre

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

De nombreux Ontariens traversent aussi quotidiennement la frontière Ontario-Québec pour aller travailler à l’usine de Témiscaming.

Les emplois, dont ceux d’environ 1100 travailleurs, seront tous préservés.

Rayonier Advanced Materials Inc devrait aussi poursuivre ses investissements et injecter des fonds supplémentaires qui permettront de mettre en branle des projets de modernisation qui étaient en attente depuis quelques années.

Réactions

On attend cette nouvelle compagnie-là les bras ouverts et on espère juste d’être capable de travailler ensemble

Roger Sigouin, maire de Hearst

Le maire de Hearst Roger Sigouin s’attendait à la vente de Tembec.

Le maire de Hearst, Roger Sigouin assis à son bureau

Le maire de Hearst, Roger Sigouin

Photo : Radio-Canada / Martine Laberge

Il espère que les nouveaux propriétaires s’assoiront à la table avec les communautés.

« On veut garder nos acquis dans notre communauté et chaque compagnie est importante pour nous dans nos régions », indique le maire Sigouin.

De son côté, le président du syndicat des Métallos pour les scieries de Tembec Guy Bourgouin ne s’attendait pas à une telle transaction.

M. Bourgouin avoue ne pas connaître l’acheteur américain qui se spécialise dans la transformation de produits forestiers.

Certaines conventions collectives arrivent à échéance en septembre. Les négociations ont déjà commencé à l’usine de Kapuskasing.

« On va apprendre vite fait à qui l’on aura à faire comme nouvel employeur », indique M. Bourgouin.

Conflit du bois d'oeuvre

La forestière Tembec, crois que cette transaction l’aidera à traverser la crise canado-américaine sur le bois d’œuvre.

Bois d'oeuvre canadien devant une maison en construction à Elgin,
près de Chicago.

Bois d'oeuvre canadien devant une maison en construction à Elgin, près de Chicago.

Photo : Radio-Canada / Sophie Langlois

Au cours du point de presse jeudi, le président de Tembec, James Lopez, a souligné que le groupe, dont fera partie l’entreprise, aura les reins plus solides pour faire face aux droits compensateurs décrétés par Washington.

« Les décisions ont toujours été favorables pour les compagnies canadiennes, mais cela peut prendre de trois à cinq ans. Rayonnier possède des liquidités importantes ce qui lui permettra de faire face aux dépôts douaniers. »

 

Nord de l'Ontario

Industrie forestière