•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un bilan positif, dit la présidente de Pluri-elles

Les parties au protocole d'entente sur l'éducation aux adultes apposent leur signature lors de l'assemblée générale annuelle de l'organisme Pluri-elles.

La présidente de Pluri-elles, Michèle Lécuyer-Hutton, et le président de la CSFM, Bernard Lesage, signent le protocole d'entente sur l'éducation aux adultes.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La présidente de Pluri-elles, Michèle Lécuyer-Hutton, réélue par acclamation mercredi lors de l'assemblée générale annuelle de l'organisme à Winnipeg, a dressé un bilan positif de la dernière année. Elle a toutefois indiqué qu'il s'agissait de son dernier mandat à la tête de l'organisme.

Michèle Lécuyer-Hutton a dit vouloir s'attaquer au plan stratégique 2017-2021 lors de ce mandat de deux ans. Elle souligne par ailleurs le bilan financier positif de l'organisme, avec toutefois une ponction dans le fonds Service à la famille.

La directrice générale Mona Audet a présenté à la centaine de personnes venues prendre part à l'assemblée des statistiques sur le travail accompli. Elle a qualifié la dernière année d'extraordinaire pour l'organisme.

Mona Audet note que, pour la première fois, Pluri-elles a sondé sa clientèle en recherche d'emploi, ce qui lui a permis d'identifier les raisons expliquant la difficulté à trouver du travail. Parmi ces raisons, le manque de compétence en anglais et en français est ressorti comme un facteur important.

Quelques chiffres :

  • 352 ateliers ont été animés;
  • 752 élèves ont bénéficié de l'aide au devoir;
  • 472 personnes ont bénéficié d'aide en alphabétisation;
  • 96 clients ont trouvé un emploi.

Partenariat sur l'éducation aux adultes

Pluri-elles et la Division scolaire franco-manitobaine (DSFM) ont aussi signé un protocole d'entente sur l'éducation aux adultes, particulièrement en apprentissage du français, lors de l'assemblée. Selon le président de la Commission scolaire franco-manitobaine, Bernard Lesage, c'est un besoin qui a été identifié et souvent mentionné par les parents d'enfants fréquentant la DSFM.

« Depuis longtemps, on parle de partenariat et voilà qu'on a pu, avec Pluri-elles, développer quelque chose d'important pour énormément de gens. »

— Une citation de  Bernard Lesage, président de la Commission scolaire franco-manitobaine

Le protocole d'entente prévoit que l'organisme communautaire s'occupe d'offrir les cours de base en alphabétisation, soit les niveaux 1 et 2. La DSFM offrira les niveaux 3 et 4, qui sont souvent nécessaires pour accéder au marché du travail et qui sont un prérequis pour des études universitaires.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !