•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La reconstruction du pont Brabant-Philippe repoussée en 2018

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Les restes calcinés du pont Brabant-Philippe.

Les restes calcinés du pont Brabant-Philippe.

Photo : Radio-Canada / Giacomo Panico

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La reconstruction du pont, incendié par des vandales en 2016, est remise à l'an prochain, en raison de délais administratifs et des récentes inondations.

La Ville s'était engagée en début d'année à reconstruire ce pont couvert, victime de vandales pour une deuxième fois en cinq ans, après avoir réglé le dossier avec la compagnie d'assurances. Mais ce règlement est survenu trop tard pour que le projet puisse être inscrit au plan des immobilisations de 2017.

Le conseiller du district de la Rivière-Blanche, Jean Lessard, gardait toutefois espoir de voir le projet se réaliser cette année.

Des modifications qui devaient être apportées aux plans de reconstruction, pour y inclure des caméras de surveillance, des détecteurs de chaleur et de l'éclairage supplémentaire, ont aussi pris du temps.

L'homme est interviewé devant un arbre, près d'une rue.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller du district de la Rivière-Blanche de Gatineau, Jean Lessard

Photo : Radio-Canada / Raphaël Tremblay

Le manque de personnel au sein du service des infrastructures, en raison de départs à la retraite et de congés de maladie ou de maternité, a également contribué au report du dossier, selon M. Lessard, qui est visiblement déçu.

« Je savais qu'il y avait des modifications à apporter aux plans, entre autres un accès moins facile en dessous du pont, mais je suis quand même assez déçu de la tournure des événements », déplore-t-il.

Les efforts consentis à la lutte aux inondations des dernières semaines ont d'ailleurs scellé le sort de plusieurs projets qui devront être remis à plus tard.

Un attrait touristique raté pour le 150e

L'ancien conseiller du district de la Rivière-Blanche Yvon Boucher soutient que la Ville perd une occasion en or d'attirer les nombreux touristes qui viendront dans la région célébrer le 150e anniversaire de la Confédération canadienne.

L'homme est interviewé dans un parc de Gatineau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancien conseiller du district de la Rivière-Blanche de Gatineau, Yvon Boucher.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Tremblay

« On a fouillé partout dans Internet et on n'a pas trouvé encore », dit M. Boucher. « C'est [la rivière Blanche] une des seules rivières où il y a trois ponts couverts sur une si courte distance. C'est une richesse pour Gatineau pour accueillir les visiteurs, les touristes. »

Des travaux d'un million de dollars

La reconstruction qui sera effectuée en 2018 est évaluée à un peu plus d'un million de dollars.

La Ville devra également obtenir l'autorisation du ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte aux changements climatiques puisque la structure enjambe la rivière Blanche.

Depuis l'incendie de juin 2016, des bénévoles assurent une surveillance constante des lieux et des deux autres ponts couverts. Des caméras de surveillance et des détecteurs de chaleur ont aussi été installés sur les autres infrastructures.

Les trois ponts couverts complètent un des réseaux touristiques du secteur qui comprend la ferme Dalton.

Avec les informations de la journaliste Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !