•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ail des bois: un trésor recherché

Ail des bois

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

En pleine nuit, deux hommes sont interceptés par la Sûreté du Québec pendant le congé des patriotes. Dissimulés dans des sacs de sport se trouvent 2600 bulbes. Leur crime? Ils sont accusés de possession illégale d'ail des bois. Pourquoi la possession d'ail peut-elle être criminelle?

Un texte de Marie Maude Pontbriand

L'histoire est véridique et même courante à cette période de l'année. L'ail des bois fait partie de la liste des espèces floristiques vulnérables du Québec. Depuis 1995, son commerce est interdit et sa cueillette limitée à 50 bulbes par personne par année afin d'assurer la survie de la plante. Elle prend de sept à dix ans à se reproduire et pousse principalement dans les érablières.

Jean Lamontagne, consultant en arboriculture, possède une talle de cette précieuse plante sur le terrain de son érablière de Sainte-Brigitte-de-Laval. « C'est une des rares plantes qui fait du feuillage très tôt avant que les feuilles sortent. C'est pour ça qu'elle est facile à voler », explique-t-il.

Je sais qu'à l'île d'Orléans il y a de très belles talles, mais le monde ne veut pas le dire.

Jean Lamontagne, arboriculteur

Afin de protéger l'espèce, Jean Lamontagne explique qu'il faut être très délicat pour cueillir l'ail des bois. Il suggère d'utiliser une petite cuillère et ne jamais cueillir plus de 5 % de la talle. Il rappelle qu'il est beaucoup moins dommageable de s'en tenir à la cueillette des feuilles qui font d'excellentes salades.

Le chef Jean-Luc Boulay connaît bien l'ail des bois. « C'est un ail beaucoup plus parfumé, beaucoup plus doux, beaucoup plus délicat que l'ail qu'on connaît. »

Dans les années 80, le chef a d'ailleurs commercialisé un vinaigre d'ail des bois. Il a été témoin de sa raréfaction. Aujourd'hui, son vinaigre a disparu des tablettes et l'ail des bois n'est pas utilisé dans ses restaurants. Jean-Luc Boulay en déguste quand même chaque année puisqu'il cueille quelques feuilles près de son chalet dans Chaudière-Appalaches, mais il laisse toujours les bulbes dans le sol.

Il faut respecter le produit et cueillir seulement quelques feuilles.

Jean-Luc Boulay, chef propriétaire du restaurant Le Saint-Amour
Plants d'ail des boisAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Plants d'ail des bois

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Sauvé grâce à l'ail des bois

Jean Lamontagne se souvient du boisé Marly qui a été sauvé par l'ail des bois dans les années 80. S'il n'avait pas été l'habitat de nombreux plans d'ail des bois, ce parc du secteur de Sainte-Foy, aurait probablement cédé sa place à du développement immobilier.

Québec

Environnement