•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève générale dans la construction au Québec

Des travailleurs bloquent l'accès à un chantier à Montréal.

Des travailleurs bloquent l'accès à un chantier à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La ministre du Travail du Québec, Dominique Vien, a convoqué patrons et syndicats pour tenter de relancer les discussions quelques heures après le déclenchement d'une grève générale illimitée dans l'industrie de la construction. Ce sont quelque 175 000 travailleurs qui ont cessé le travail dans les secteurs de la construction résidentielle, du génie civil et de la voirie, de l'industriel, de l'institutionnel et du commercial.

La conciliation travail-famille est au cœur du litige, selon le porte-parole de l'Alliance syndicale de la construction, Michel Trépanier.

L’employeur voudrait que le travail du samedi soit payé en temps simple, alors que le syndicat voudrait qu'il soit payé en double.

Il en va de même pour le travail hors des heures régulières, notamment sur les chantiers commerciaux, où le travail doit souvent s'effectuer en dehors des heures d'ouverture. Les syndiqués exigent que ces heures soient rémunérées comme des heures supplémentaires alors que la partie patronale réclame des assouplissements.

Toujours au nom de la conciliation travail-famille, les syndiqués veulent amorcer leur journée de travail - entre 6 et 9 h - à la même heure sur une période de cinq jours de suite.

Des grévistes bloquent l'accès au chantier du pont Champlain à Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des grévistes bloquent l'accès au chantier du pont Champlain à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

L'argument familial peine à convaincre l'ACQ

Le porte-parole de l'Association de la construction du Québec (ACQ), Éric Côté, déplore que les syndiqués évoquent la conciliation travail-famille pour refuser les assouplissements réclamés par la partie patronale.

Quand c’est à temps simple, c’est la famille d’abord, c’est normal, mais dès qu’on a du temps double, la famille prend le bord et les travailleurs viennent travailler dans ces horaires-là.

Une citation de : Éric Côté

L'ACQ est d'autant plus déçue du résultat des discussions qu'elle affirme avoir jeté du lest ces dernières heures afin d'éviter la grève et son impact sur l'économie du Québec.

« Toutes les mesures qui étaient irritantes sur les questions d’horaire et de temps supplémentaire ont été retirées ce matin », a soutenu M. Côté en entrevue à la radio de Radio-Canada. « La question du samedi a également été retirée cette nuit, et malgré cela nous avons été incapables d’obtenir une entente. »

Mais selon lui, l'Alliance syndicale était « déterminée à faire la grève.

M. Côté, citant l'Institut de la statistique du Québec et la Banque du Canada, avance que la grève de 2013 a coûté 333 millions de dollars à l'économie québécoise.

« On s’est carrément fait niaiser par la partie patronale » - Michel Trépanier

Le porte-parole de l’Alliance syndicale de la construction n'a pas la même lecture des discussions des dernières heures et affirme plutôt avoir trouvé la nuit « très difficile, voire infernale ».

Michel Trépanier porte-parole de l'Alliance syndicale de la constructionAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Trépanier porte-parole de l'Alliance syndicale de la construction

Photo : Radio-Canada

« On avait décidé, suite à l’appel de la ministre et d’une recommandation de la ministre [du travail Dominique Vien], d’essayer de travailler avec un processus habituel lorsqu’il y a une situation de conflit », a dit M. Trépanier.

« La conciliatrice est avec nous, chacun des partis, depuis le mois de mars, dit-il. Elle connaît les demandes de chacun des partis, elle sait où il peut y avoir une piste d’atterrissage. Nous avions convenu de travailler avec la médiatrice pour en arriver à une entente négociée d’ici minuit. »

« On avait décidé d’accepter les recommandations de la médiatrice, pas que ça nous faisait plaisir, mais pour éviter un conflit. On espérait un oui de la partie patronale, poursuit-il. Ça a été un non catégorique. La médiatrice est revenue à la charge avec une deuxième proposition de règlement, on a accepté de nouvelles concessions, mais on s’est fait niaiser par la partie patronale jusqu’à 4 h 50. »

Malheureusement, on s’en va en conflit de travail.

Une citation de : Michel Trépanier

Une question d'argent

Visiblement mis au courant en direct à la radio du retrait des demandes patronales en matière d’horaires et d'heures supplémentaires, M. Trépanier a indiqué que ces accommodements de dernière minute ne seraient pas suffisants pour permettre aux syndiqués de regagner les chantiers.

« Il y a d’autres enjeux sur la table, notamment la question salariale », a-t-il indiqué. Les syndiqués réclament des augmentations de 2,6 % par année, alors que la partie patronale n’offre que 0,7 % par année pendant cinq ans.

« Nos travailleurs perdent présentement 51 $ par semaine parce qu’il n’y a aucune clause de rétroactivité dans notre industrie », précise M. Trépanier.

La possibilité d'une loi spéciale décriée

Alors que tout les oppose, MM. Côté et Trépanier s’entendent cependant sur les méfaits d’une loi spéciale.

« Un conflit de travail, on ne sort jamais gagnant de ça, déplore M. Trépanier. Notre industrie n’en sort jamais gagnante et les premiers pénalisés sont les travailleurs. Une loi spéciale, on ne veut jamais avoir recours à ça parce que ça fait mal à tous les partis. »

M. Côté redoute également le dépôt d’une loi spéciale parce que son contenu demeure inconnu de toutes les parties. « On ne connaît pas le contenu de la loi spéciale, avance-t-il. Notre souhait demeure de nous entendre parce qu’une loi spéciale, on ne sait pas où elle va nous amener. »

Le thème de la famille est exploité par les grévistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le thème de la famille est exploité par les grévistes.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

 

Pour écouter l'entrevue avec Michel Trépanier et Éric Côté en mobilité, cliquez ici (Nouvelle fenêtre)

L'industrie de la construction au Québec, c'est :

  • 12 % du PIB
  • 46 milliards de dollars par année
  • 1 emploi sur 20

La ministre forcera le retour au travail

Des travailleurs bloquent l'accès à un chantier à Montréal.

Le gouvernement a convoqué les parties pour une rencontre, nous dit notre journaliste Nicolas Vigneault.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Après avoir menacé, mardi, les parties de recourir à une loi spéciale pour forcer le retour au travail, la ministre québécoise du Travail, Dominique Vien, a convoqué l’ensemble des parties à Montréal où elle les rencontrera pour « faire le point sur la suite des choses ».

« J’ai toujours espoir que les partis en arrivent à une entente négociée pour le bien de tous les employés de la construction », a-t-elle ajouté en précisant que son ministère avait été très actif dans le dossier.

« Malheureusement une grève a été déclenchée à 5 h ce matin devant l’absence d’une entente négociée, a-t-elle déploré. Je prends acte de leur décision, mais je ne peux qu’exprimer ma vive déception et ma forte préoccupation pour la population du Québec et son économie. »

Nous n’en sommes toujours pas à déposer une loi spéciale, mais je serai prête à le faire si le premier ministre me demande de présenter la loi spéciale au conseil des ministres.

Une citation de : Dominique Vien

Mme Vien a refusé de fixer une date limite avant d’imposer une telle loi, précisant que c’est le premier ministre, Philippe Couillard, qui décidera quand le temps sera venu de recourir à une telle mesure.

Depuis Israël où il se trouve, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a souhaité donner une chance à la négociation. « C’est un enjeu économique majeur, a-t-il souligné. Ce sont des dizaines de millions de dollars par jour qu’un arrêt de travail provoquerait dans la construction. Il y aurait des pertes d’emploi. »

« Notre souhait c’est qu’ils en viennent à une entente rapidement », ajoute M. Couillard en précisant qu’il laisserait une chance à la négociation tant qu’il y aura du progrès. « Mais, on ne laissera pas la grève durer très longtemps. »

C’est mieux pour les syndiqués et les patrons de s’entendre plutôt que d’attendre la loi spéciale.

Une citation de : Philippe Couillard

En 2013, le conflit entre le syndicat et l’Association de la construction du Québec s’était réglé par l’adoption d’une loi spéciale au terme de 10 jours de grève.

Selon l’évaluation du gouvernement du Québec, une grève dans la construction entraînerait des pertes quotidiennes d’au moins 45 millions de dollars.

C’est la deuxième grève générale illimitée dans l’industrie québécoise de la construction en quatre ans.

Grève générale dans l'industrie de la construction

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !