•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 7 enseignements au coeur du 5e pow-wow de Pikogan

Affiche du Pow-Wow de Pikogan

Affiche du Pow-Wow de Pikogan

Photo : Facebook : Pow-Wow de Pikogan

Radio-Canada

Le comité organisateur du pow-wow de Pikogan a dévoilé la programmation de son événement qui aura lieu du 10 au 11 juin sous le thème « Honorons les sept enseignements », soit l'amour, le courage, l'honnêteté, le partage, le respect, la sagesse et la vérité.

La membre du comité organisateur Isabelle Mapachee estime qu'il s'agit d'une occasion importante pour s'affirmer en tant que nation. « [C'est] d'offrir un moment spirituel, un moment de fierté à la communauté pour faire revivre toute notre identité, pour pouvoir s'afficher, de pouvoir participer, de pouvoir créer des beaux souvenirs », fait-elle valoir.

Un pow-wow, c'est un rassemblement de plusieurs nations des Premiers peuples. C'est une occasion de pouvoir festoyer, de pouvoir danser au son des tambours, des chants traditionnels. Les gens pendant un pow-wow affichent leur fierté, leur identité, leur appartenance à la culture Anichinabée.

Isabelle Mapachee, membre du comité organisateur du Pow-wow de Pikogan

Place à la musique

De nombreuses activités sont de retour pour la tenue de cette cinquième édition, comme la course de canot tciman — « une façon d'honorer le moyen de transport de nos ancêtres » —, des danses traditionnelles, ainsi que des feux sacrés. Nouveauté cette année, le pow-wow invite aussi musiciens autochtones et allochtones à communier à l'occasion d'une soirée d'improvisation musicale. Le rappeur Samian et Kevin Boudrias partageront ainsi la scène avec Louis-Philippe Gingras et Dylan Perron.

À lire aussi : Guide 101 des pow-wow

Activité de rapprochement

Selon Isabelle Mapachee, le Festival de musique émergente de l'Abitibi-Témiscamingue a aussi tendu la main aux organisateurs du pow-wow cette année pour inviter les gens de toute la région à prendre part à la fête. Des lettres géantes seront ainsi installées à Amos, au bord de la rivière Harricana pour annoncer l'événement, un peu comme le festival a l'habitude de le faire à Rouyn-Noranda. Les Amossois pourront ainsi lire « Pow-Wow Abitibiwinni » à proximité du pont Desmarais.

« C'est symbolique parce que l'Harricana, pour les Anichinabés de Pikogan, ça signifie ''la voie principale'', poursuit Mme Mapachee. Donc, les lettres géantes sur le bord de la rivière, c'est très significatif pour nous. »

L'an dernier, environ 2000 personnes s'étaient déplacées pour l'événement.

Abitibi–Témiscamingue

Autochtones