•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Everest en 26 heures sans oxygène ni corde fixe

Kilian Jornet

Kilian Jornet

Photo : Radio-Canada / Kilian Jornet/Facebook

Agence France-Presse

L'alpiniste espagnol Kilian Jornet assure avoir pulvérisé lundi le record mondial de vitesse de l'ascension de l'Everest. Il a mis 26 heures pour atteindre, sans oxygène ni corde fixe, le plus haut sommet de la Terre (8848 mètres), a annoncé mardi son équipe.

« Nous pensons que Kilian a établi le nouveau temps de référence connu pour la voie depuis le camp de base de l'Everest », a déclaré Laura Front, l'une de ses attachés de presse.

Cette technique, connue sous l'appellation de style alpin, est considérée comme la plus pure de la discipline.

Selon le livre Guinness des records, l'ascension la plus rapide de tous les temps de l'Everest, tous styles confondus, a été réalisée en 1996 par l'Italien Hans Kammerlander, qui a mis 16 h 45 min pour atteindre le toit du monde en partant du camp de base avancé à 6500 mètres. Il existe également différentes voies pour rallier le sommet.

Le Catalan de 29 ans avait précédemment déjà amélioré des records similaires sur le mont Blanc, le Matterhorn, le Denali, l'Aconcagua et le Kilimandjaro.

Ce record reste toutefois soumis à une vérification et à un enregistrement officiel, habituellement délivré par les autorisés du pays après études de preuves comme des enregistrements GPS et des photos prises au sommet. L'association tibéto-chinoise des alpinistes, qui valide habituellement les records sur la face nord de la montagne, n'a ainsi pu être jointe pour confirmer l'exploit.

Atteindre le sommet de l'Everest sans corde fixe, ce n'est pas quelque chose que vous faites tous les jours. J'ai assisté à un magnifique coucher de soleil et j'ai finalement atteint le sommet à minuit.

Kilian Jornet

Jornet a toutefois été ralenti par des ennuis de santé, qui l'ont empêché de réaliser le temps de référence en aller-retour depuis le camp de base situé à 5100 mètres d'altitude.

« Jusqu'à 7000 mètres, je me sentais vraiment bien et je progressais comme prévu, mais ensuite j'ai commencé à me sentir mal, probablement à cause d'un virus à l'estomac. À partir de là, j'ai progressé lentement et j'ai dû m'arrêter plusieurs fois pour récupérer », a-t-il ajouté.

Selon l'alpiniste Adrian Ballinger, également présent, Jornet pourrait retenter l'ascension dans quelques jours pour réaliser le record aller-retour.

Sports