•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Miel de mauvaise qualité? Des apiculteurs furieux

Les apiculteurs Liliane Morel et Stephen Crawford sont propriétaires de l'entreprise Les Trois Acres de Dunham.

Liliane Morel et Stephen Crawford, apiculteurs et propriétaires, Les Trois Acres

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les propriétaires de l'entreprise Les Trois Acres, à Dunham, sont consternés d'apprendre que leur miel figure parmi les produits qui seraient de mauvaise qualité, contrefaits ou dilués, selon les révélations d'une enquête de Protégez-Vous.

Un texte de Marie-Hélène Rousseau avec les renseignements de Kim Vermette et La Presse canadienne

Les tests dont les résultats sont publiés dans le numéro de juin du magazine révèlent des imperfections dans près du tiers du miel vendu sur le marché québécois. Le dossier montre notamment que certains fabricants réduisent leurs coûts en insérant d'autres sucres dans le miel. Un test à résonance magnétique nucléaire a permis d'en déceler dans le miel pur de Lady Sarah et dans le miel d'été des Trois Acres.

Miel d'été de l'entreprise Les Trois Acres, de DunhamAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Miel d'été de l'entreprise Les 3 âcres de Dunham

Photo : Radio-Canada

« C'est absurde de penser qu'on ferait quelque chose comme ça, on ne saurait même pas comment faire. Ça pourrait détruire 27 ans de travail. C'est sûr et certain qu'aujourd'hui on va apporter un échantillon de tous nos miels à différents laboratoires pour les faire tester et prouver que notre miel est propre. »

— Une citation de  Liliane Morel, apicultrice et copropriétaire, Les Trois Acres

Liliane Morel et son partenaire, Stephen Crawford, sont bouleversés par les résultats de cette étude. « On est des puristes, on aime les aliments les plus naturels possible. Pourquoi on irait mettre du sucre ou du sirop dans nos produits? Je ne le sais pas! » poursuit M. Crawford.

 

Au total, 36 produits ont été analysés en laboratoire et 31 % des échantillons comportaient des imperfections ou contrevenaient aux normes canadiennes. Onze produits n'auraient pas dû être mis en vente, selon Protégez-Vous, qui laisse entendre qu'un test à résonance magnétique nucléaire ne comporte pas de marge d'erreur.

D'autre part, six des miels testés montraient des signes de surchauffe, un problème qui altère le goût sans le rendre impropre à la consommation. Les trois pires produits à cet effet sont le miel naturel de Labonté, de Victoriaville, le miel Pur & Naturel de Si-Bon, et le miel de fleurs sauvages de Wild Country.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !