•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maladie de Lyme : les Albertains invités à remettre leurs tiques

Une tique dans une pince.

La maladie de Lyme peut être transmise par une tique.

Photo : iStock

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les autorités sanitaires invitent les Albertains à leur remettre les tiques qu'ils découvrent sur eux ou leurs animaux pour contrôler la maladie de Lyme

Les Albertains sont invités à soumettre les tiques qu’ils découvrent sur eux, sur leurs animaux domestiques ou sur leur bétail aux autorités sanitaires de la province qui se chargeront de vérifier si les parasites sont porteurs de la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Les tiques découvertes sur les humains peuvent être présentées à un bureau de la santé publique environnemental, à des centres de santé autochtone ou à un médecin, tandis que celles retrouvées sur des animaux devraient être soumises à un vétérinaire, indique la province.

Mieux vaut prévenir que guérir

Le risque de contracter la maladie de Lyme reste assez faible en Alberta, malgré le fait que des tiques à pattes noires porteuses de la bactérie Borrelia burgdorferi sont présentes dans la province. La province a mis en place un programme de surveillance en 2013 pour veiller à contrôler la progression.

C’est important pour nous de connaître les risques de maladie de Lyme dans la province.

Une citation de : docteure Kristin Klein, Santé Alberta

« Nous ne voyons pas beaucoup de tiques. Habituellement ces tiques arrivent sur des oiseaux de régions où elles sont communes », explique la docteure Kristin Klein de Santé Alberta. .

Sur les 2781 tiques soumises au programme de détection provincial, seulement 34 insectes ont été identifiés comme porteurs de la bactérie. Entre 1991 et 2016, 88 cas de maladie de Lyme ont été détectés en Alberta, mais les autorités de la santé soutiennent qu’ils ont tous été liés à des voyages à l’extérieur de la province.

Kristin Klein rappelle qu’il est important de se couvrir lors de séjour dans des régions boisées et de retirer la tique aussitôt qu’elle est aperçue pour diminuer les risques d’infection.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !