•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loto-Québec a payé des millions en indemnités de départ

Loto-Québec a procédé à plus d'une restructuration depuis l'exercice 2014-2015 dans le cadre d'un effort de rationalisation, en plus de mettre de l'avant un virage axé sur le divertissement, ce qui lui a permis de renouer avec la croissance.

Loto-Québec a procédé à plus d'une restructuration depuis l'exercice 2014-2015 dans le cadre d'un effort de rationalisation, en plus de mettre de l'avant un virage axé sur le divertissement, ce qui lui a permis de renouer avec la croissance.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le régime minceur des dernières années à Loto-Québec, qui s'est traduit par le départ de centaines d'employés, a coûté au moins 5,1 millions de dollars en indemnités de départ à la société d'État.

C'est ce qui ressort de données obtenues par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.

Les données fournies ne tiennent toutefois compte que de la portion organisationnelle de Loto-Québec, comme l'effectif de son siège social, et non des filiales comme la Société des casinos.

Devant des résultats en déclin, Loto-Québec a procédé à plus d'une restructuration depuis l'exercice 2014-2015 dans le cadre d'un effort de rationalisation, en plus de mettre de l'avant un virage axé sur le divertissement, ce qui lui a permis de renouer avec la croissance.

Au siège social, la société d'État compte actuellement 1255 employés, soit 264 de moins qu'en 2014.

« Il y a des gens qui ont quitté l'organisation par exemple parce que leur contrat n'a pas été renouvelé, a expliqué un porte-parole de Loto-Québec, Patrice Lavoie. D'autres ont quitté pour la retraite et n'ont pas été remplacés. Nous considérons cela comme des départs, même si ces personnes n'ont pas touché d'indemnité de départ. »

Dans les faits, seulement 83 employés ont reçu des indemnités de départ, a précisé la société d'État. Celle-ci n'a pas fourni la ventilation des sommes versées ni spécifié les catégories d'emplois concernées. Son porte-parole a affirmé que ces 83 personnes provenaient de l'ensemble de la hiérarchie de la société d'État.

« Les gens qui ont été ici 25 ans ne quittent pas seulement avec trois jours de salaire, a expliqué M. Lavoie. Cela fait partie des dispositions de nos conventions collectives. Il y a également des règles pour les cadres. »

Le montant le plus important, soit 1,84 million de dollars, a été versé au cours de l'exercice 2014-2015.

M. Lavoie a souligné que les réductions d'effectif des dernières années et les restructurations avaient permis à la société d'État de générer des économies récurrentes de 12 millions de dollars, ajoutant que la somme des indemnités de départ versées devrait fléchir sensiblement à compter de l'exercice en cours.

En 2015-2016, Loto-Québec avait renoué avec la croissance en générant des profits de 1,23 milliard de dollars, en progression de 10 %, tandis que son chiffre d'affaires avait grimpé de 6,7 % en s'établissant à 3,56 milliards.

La performance du dernier exercice financier, qui s'est terminé le 31 mars, sera dévoilée en même temps que le rapport annuel de la société d'État, le mois prochain.

Plus d'heures supplémentaires

Par ailleurs, après trois années de déclin, Loto-Québec a vu sa facture d'heures supplémentaires bondir de 20 %, à 2 millions de dollars, indiquent les données obtenues.

Cette augmentation s'explique, selon la société d'État, par le déploiement d'un nouveau système de distribution des billets de loterie.

« Il fallait changer le modèle, qui existait depuis 45 ans, et la dernière année a été une phase transitoire et d'adaptation », a dit M. Lavoie, qui affirme que cette augmentation n'est que temporaire.

Selon le porte-parole, le nombre d'heures supplémentaires payées l'an dernier est « raisonnable » étant donné qu'il ne représente qu'un faible pourcentage de la masse salariale de 104 millions de la portion organisationnelle de Loto-Québec.

En 2014, la société d'État avait payé 1,96 million de dollars en heures supplémentaires. Sa facture avait fléchi à 1,67 million l'année suivante, avant de recommencer à monter.

Indemnités chez Loto-Québec 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !