•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Face au prix de l'électricité, la consommation de propane explose en Ontario

Des réservoirs de propane entreposés derrière un grillage.

Environ 100 000 foyers sont chauffés au propane en Ontario.

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les retombées économiques de l'industrie du propane sont estimées à près de 2 milliards de dollars dans la province, faisant de l'Ontario le plus grand consommateur au pays, selon l'Association canadienne du propane.

Un texte de Joël Ashak

Alors que la grogne autour du prix de l'électricité continue de prendre de l'ampleur, de nombreux résidents de la province cherchent des alternatives.

Le propane séduit particulièrement les résidents du Nord de l'Ontario et des zones rurales, là où le gaz naturel n'est pas acheminé.

La maison de Ginette Rainville fait partie des 100 000 foyers ontariens chauffés au propane.

Il y a deux ans, son réservoir de mazout arrivait à la fin de sa vie. La transition vers le propane a été une décision facile, dit-elle.

Le mazout nous coûtait environ 900$ par mois. Maintenant ça nous coûte 600$ avec le propane.

Ginette Rainville, résidente du Nord de l'Ontario

Avec les frais de distribution qui atteignent des sommets, l'électricité n'est plus une option pour Ginette Rainville.

La résidente de Warren, en Ontario, se tient debout devant son réservoir de propane.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ginette Rainville a installé le chauffage au propane chez elle il y a un peu plus d'un an.

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

À titre d'exemple, sa consommation d'électricité pour l'électroménager et l'éclairage seulement est de 25$ par mois. Avec les frais de distribution et les taxes, sa facture totalise 120 $.

La résidente de Warren estime que si elle devait chauffer sa maison à l'électricité, sa facture serait multipliée par 10.

Elle songe d'ailleurs à se débrancher complètement pour se tourner vers les énergies solaires et éoliennes.

« Le prix de l'électricité continue à monter et à monter, déplore-t-elle. On ne veut plus rester là-dessus. »

Une forte demande

Ginette Rainville est loin d'être un cas isolé. Le mécontentement à l'égard du prix de l'électricité est généralisé dans le Nord de l'Ontario.

Depuis plus d'un an, la coopérative régionale de Nipissing-Sudbury a commencé à vendre du propane pour répondre à la forte demande.

Les agriculteurs, notamment, sont friands du propane pour le séchage du grain.

« Après un an, nous avons dépassé nos prévisions et on s'attend à tripler le chiffre d'affaires l'année prochaine », dit le directeur de la coopérative, Raymond Savage.

Raymond Savage, lors d'une visite du terrain sur lequel sa coopérative entrepose le propane.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La vente de propane est très lucrative, dit Raymond Savage, le directeur de la coopérative régionale Nipissing-Sudbury.

Photo : Radio-Canada / Joël Ashak

Même si le propane pollue plus que l'électricité, il reste un choix plus vert que le mazout.

Tous ces arguments finissent par avoir raison des craintes autour de la volatilité du propane et les risques d'explosion.

« Au niveau des installations et des équipements, il y a beaucoup de réglementations qui assurent la sécurité des citoyens », affirme Nathalie St-Pierre, la présidente de l'Association canadienne du propane.

Industrie automobile

Le propane devient par ailleurs de plus en plus populaire en tant que carburant auprès des automobilistes.

L'Association canadienne du propane estime qu'il y a 30 000 véhicules qui utilisent le propane comme carburant sur les routes de l'Ontario, un chiffre qui ne cesse de grimper depuis 10 ans.

La compagnie de livraison UPS, celle de transport Airways Transit et même le service de police de London font partie des nouveaux convertis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !