•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Anne… La maison aux pignons verts

« Anne… La maison aux pignons verts », de Lucy Maud Montgomery

« Anne… La maison aux pignons verts », de Lucy Maud Montgomery

Photo : Radio-Canada / QuébecAmérique

Radio-Canada

Quel livre d'ici aimeriez-vous offrir à ceux qui nous dirigent?
Découvrez Les incontournables 2017.

Le choix du public
Titre : Anne… La maison aux pignons verts
Auteure : Lucy Maud Montgomery, traduit de l'anglais (Canada) par Henri-Dominique Paratte
Éditeur : Québec Amérique, 1986 (publié originalement en 1908)

POURQUOI RECOMMANDEZ-VOUS CE LIVRE À CEUX QUI NOUS DIRIGENT?

C'est un livre mettant en scène des personnages honnêtes, vaillants, humbles, pleins d'imagination et d'ardeur. Comme quoi les gens simples peuvent aspirer à de grandes choses si on les encourage au lieu de les décourager.
Denis Breton, Rivière-du-Loup (Québec)

Parce que c'est un livre beau. Un livre rempli d'optimisme, d'espoir, d'amitié. C'est un livre qui nous incite à être bons, grands, généreux, ouverts. C'est un livre qui fait l'éloge du rêve, de l'imagination, de la capacité qu'a l'être humain de se surpasser.
Isabelle Marsolais, Saint-Jacques (Québec)

RÉSUMÉ

Sur le quai de la gare, Marilla et Matthew attendent l’orphelin qui les aidera dans leur ferme. C’est une rouquine aux yeux pétillants qui se présente à eux... Jouir de la magie des mots, rire de ses propres défauts, s’émerveiller face à la nature, découvrir un coin de pays pittoresque, voilà ce qui nous attend dans ce roman inoubliable.

Voici le plus grand classique canadien-anglais de tous les temps, vendu à plus de 60 millions d’exemplaires, traduit en 40 langues et adapté de nombreuses fois pour le cinéma et la télévision. L’histoire de cette petite orpheline de l’Île-du-Prince-Édouard a véritablement envoûté les jeunes et les moins jeunes!

– Oh, vous pouvez parler autant que vous voulez. Ça ne me dérange pas.

– Oh, merci, merci beaucoup. Je sens déjà que vous et moi, nous allons nous entendre merveilleusement. C'est un tel plaisir que de pouvoir parler quand on veut, sans se faire dire que les enfants sont faits pour être sages et pour se taire! On m'a répété ça des millions de fois. Et les gens rient de moi, en plus, parce que j'utilise de grands mots. Mais, si on a de grandes idées, il faut bien se servir de grands mots pour les exprimer, pas vrai?

Eh bien, ma foi, ça me semble raisonnable, dit Matthew.

– Mme Spencer a dit que je devais avoir la langue bien pendue par le milieu. Mais ce n'est pas vrai : elle est solidement arrimée à un bout. Mme Spencer a dit que votre domaine s'appelle Green Gables à cause de ses pignons verts. Je lui ai arraché tout ce qu'elle savait sur le sujet. Elle m'a dit qu'il y avait plein d'arbres tout autour. J'étais aux anges! J'adore les arbres. Il n'y en avait pas autour de l'orphelinat, à peine quelques pauvres choses chétives et rabougries, devant la bâtisse, étouffées dans des cages en forme de grilles et peintes en blanc. On aurait dit des orphelins, eux aussi, ces pauvres arbres. J'aurais presque pleuré, rien qu'à les regarder.

Écouter le livre audio: 

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Livres

Arts