•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Guide 101 des pow-wow

Un participant danse lors du pow-wow de l'Université des Premières Nations à Regina.

Un participant danse lors du pow-wow de l'Université des Premières Nations à Regina.

Photo : CBC/Bryan Eneas

Radio-Canada

La saison des pow-wow est à nos portes avec le retour de la saison estivale. Pendant les fins de semaine, des milliers d'Autochtones du Canada et des États-Unis se rretrouvent lors de ces grandes fêtes sacrées. Ces rassemblements, ancrés dans les traditions des Premières Nations des Plaines et de l'ouest, ne sont pas des spectacles et sont régis par de nombreux protocoles. Les non-Autochtones y sont invités, mais doivent faire preuve de respect devant cette expression des cultures autochtones. Voici un guide 101 des pow-wow et, en bas d'article, un calendrier des pow-wow en 2019.

Un texte de Karoline Benoit

Pour les visiteurs non autochtones, l’arrivée à un pow-wow peut s’avérer déconcertante. Ils sont accueillis par des centaines de personnes qui évoluent dans un tourbillon de couleurs. La voix de l’annonceur se perd parmi les chants et les battements de tambour.

L’événement, qui a lieu dans un aréna ou une arène extérieure, « est l’occasion de montrer à tous que les Premières Nations sont toujours là », explique l’organisateur du pow-wow de Montréal, Allan Harrington.

D’inviter tout le monde à participer à un pow-wow est un pas vers une réconciliation avec les non-Autochtones.

Allan Harrington, organisateur du pow-wow de Montréal

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Une célébration des cultures autochtones

S’ils sont l’occasion pour les non-Autochtones de faire un mini-voyage culturel, pour les Autochtones, ces weekends de danse sont importants, car ils leur permettent de célébrer leurs origines en perpétuant leurs traditions.

Depuis la nuit des temps, les Autochtones se rassemblent pour danser et tisser des liens. Ces rencontres étaient aussi à l’origine l’occasion de faire du commerce.

Mais de 1886 à 1951, les pow-wow, comme toutes les autres cérémonies traditionnelles autochtones, ont été interdits par les autorités canadiennes, qui cherchaient à assimiler les Autochtones en éradiquant leurs différentes cultures.

La tradition a cependant ressurgi dans les années 1960 et s’est tranquillement étendue à toute l’Amérique du Nord dans les dernières décennies. Il y a maintenant des pow-wow dans toutes les provinces canadiennes, du début du printemps à la fin de l’automne. Et ces fêtes se déroulent tant dans les communautés autochtones que dans les villes.

Pow-wow Montréal 2017

Pow-wow Montréal 2017

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Deux sortes de pow-wow contemporains

Il y a deux sortes de pow-wow. Il y a tout d’abord les pow-wow de compétition. Il s’agit de concours de danse ou de tambour, où les gagnants remportent des prix en argent. Pendant une compétition, les danseurs sont jugés pour leur capacité à garder le rythme, leur jeu de pieds et leur endurance. Ces prix leur permettent de suivre le circuit des pow-wow et ainsi d'améliorer leur talent.

L’autre type est le pow-wow traditionnel, qui met davantage l’accent sur les cérémonies et la spiritualité. Les aînés, les danseurs et les joueurs de tambour reçoivent une indemnité financière pour leur participation, afin de couvrir leurs frais de déplacement, d’hébergement et de nourriture.

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Une fête sacrée

Que vous vous rendiez à l’un ou l’autre type de pow-wow, il faut se rappeler qu’il s’agit d’une célébration sacrée à laquelle vous avez été invité. L’aréna et le sol du site où se déroule la fête ont notamment été consacrés avant le début des célébrations.

Des aînés, en général un homme et une femme, sont aussi au pow-wow pour diriger les cérémonies et pour prononcer la prière d’ouverture durant la Grande Entrée et la prière de clôture lors du retrait des drapeaux.

Le drapeau officiel des peuples des Premières Nations est l’Eagle Staff. Il s’agit d’un bâton de nature spirituelle recouvert de fourrure ou de cuir d’où pendent des plumes d’aigle.

La Grande Entrée est l’ouverture officielle du pow-wow. Il s’agit d’une procession menée par l’Eagle Staff et d’autres drapeaux et suivie par des dignitaires, des anciens combattants, des aînés ainsi que du danseur et de la danseuse principaux. Cette procession se fait au son des tambours et des chants, notamment le chant de la Grande Entrée, le chant honorifique des drapeaux et le chant des vétérans.

Ensuite, pendant toute la durée du pow-wow, différentes danses se suivent par catégorie. L’annonceur se charge d’inviter les danseurs à se rendre dans l’arène pour se mouvoir pendant quelques minutes au son des chants et tambours sacrés.

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Différents styles de danse

Tout comme pour les chants, certaines danses sont communes à tous les pow-wow, comme la danse en rond, la two-step ou la danse du serpent, tandis que d’autres sont spécifiques à certaines nations, comme la danse de la fumée pour les Iroquois ou la danse du poulet pour les Premières Nations des Prairies.

Il existe par ailleurs plusieurs styles qui s’entrecroisent dans un pow-wow : certains plus traditionnels, d’autres plus flamboyants. On retrouve chez les hommes les danseurs de style traditionnel, grass (de l’herbe) ou fancy (de fantaisie). Les femmes dansent les styles traditionnel, jingle (à clochette) ou fancy shawl (châle de fantaisie).

Pow-wow de Montréal, 2017

Pow-wow de Montréal, 2017

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Pow-wow Montréal

Pow-wow Montréal

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Les vêtements traditionnels ne sont pas des costumes

Les danseurs qui participent à un pow-wow portent des vêtements spectaculaires, souvent très colorés, brodés et perlés, avec des plumes et des colliers ou bracelets en os en guise d’accessoires. Ces habits traditionnels et leurs accessoires ne sont pas des costumes. Ils se nomment des régalia.

Le style de régalia correspond au style du danseur, mais reflète aussi l’appartenance à un clan ou un lien avec un animal-guide. En ce sens, le régalia a un caractère sacré.

À l’origine, la confection et le port du régalia étaient soumis à certaines règles. Il y avait notamment une cérémonie lorsqu’un jeune danseur ou une jeune danseuse entrait dans le cercle de danse avec son vêtement pour la première fois. Ces traditions existent encore, mais ne sont pas toujours respectées, indique Allan Harrington.

L'organisateur du pow-wow de Montréal 2017, Allan Harrington, devant l'Eagle Staff

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Qu’est-ce qu’on fait dans un pow-wow?

Il n’y a pas moyen de s’ennuyer dans un pow-wow. Assister aux danses particulières à chaque style est évidemment le point central de l’événement. Et lorsque l’animateur annonce une danse intertribale, c’est le temps de se rendre dans l’arène pour danser avec les Autochtones. Il s’agit d’un moment de rencontre où les gens de toutes les cultures peuvent bouger ensemble au son des tambours.

Mais le visiteur n’est pas seulement attiré par la danse et la musique. Les kiosques d’art et d’artisanat regorgent de magnifiques objets, vêtements ou accessoires. C’est le temps de se laisser tenter par de l’art authentique, des broches ou boucles d’oreilles perlées ou des couvertures à motifs du Sud-Ouest américain.

Un pow-wow, c’est aussi l’occasion de manger des plats typiquement autochtones, comme le fameux taco indien, un pain frit garni de bœuf haché, sauce chili, tomates et oignons. Il y a aussi la bannique, le pain autochtone à base de farine de maïs. Selon les régions, on peut aussi y trouver du riz sauvage, du poisson fumé, des burgers de bison, d’orignal ou de chevreuil. Il n’y a pas d’alcool sur les sites des pow-wow.

Photo : Radio-Canada / Red Works Photography

Petit guide d'éthique pour les non-Autochtones

Les Autochtones permettent maintenant aux non-Autochtones de stimuler leur curiosité en participant à ces grandes célébrations de leurs cultures. Dans un désir d’améliorer les relations avec les Premières Nations et de tendre vers une réconciliation véritable, il est cependant important de respecter leurs traditions et protocoles.

Il faut tout d’abord bien écouter l’annonceur. C’est lui qui explique la signification des chants, des danses ou des cérémonies. C’est lui aussi qui vous informera quand il sera approprié de vous joindre aux danseurs dans l’arène, lors des grandes danses intertribales.

Il vous fera également savoir quand il sera permis de prendre des photos, ce qui est accepté entre autres pendant les danses intertribales. Il est toutefois toujours recommandé de demander la permission avant de photographier un danseur en particulier.

Certains moments sont toutefois sacrés et ne peuvent pas être photographiés, notamment la cérémonie d’ouverture. Il est aussi de mise de se tenir debout et de se découvrir la tête durant la Grande Entrée ou certains chants cérémoniaux.

Il faut aussi savoir que les régalia (vêtements et accessoires) ainsi que les tambours ne doivent pas être touchés sans permission. Il ne faut particulièrement pas toucher aux plumes d’aigle qui sont un symbole sacré et qui sont fragiles. Il n’est pas non plus recommandé de ramasser une plume tombée d’un vêtement, ce qui représente la mort d’un guerrier dans la plupart des cultures autochtones. Un rituel permettra de récupérer la plume de façon appropriée.

Les visiteurs doivent aussi éviter de se tenir devant un danseur qui se prépare à entrer dans le cercle.

N’oubliez pas que l’endroit même où se déroule un pow-wow est sacré et que les déplacements ne sont pas autorisés à l’intérieur de l'arène de danse. Les visiteurs doivent aussi respecter les endroits prévus pour les danseurs et leurs familles ainsi que les sièges réservés aux aînés.

Finalement, les visiteurs doivent s’habiller de façon décente et ne pas apporter d’alcool ni de drogues.

Bon pow-wow!

Calendrier des pow-wow 2019

Mai
4-5 mai : Pow Wow de Montréal au centre sportif du Cégep Vanier, QC
15-19 mai : Manito Ahbee International Pow Wow, Winnipeg, MB
16 mai : Calgary Board of Education Traditional Pow Wow, Calgary, AB
25-26 mai: 43e Pow Wow annuel d'Odawa 2018, Ottawa, ON

Juin

1er juin : University of Calgary Annual Graduation Banquet and Pow-wow, Calgary, AB
1-2 juin : 30e Pow Wow annuel traditionnel du Centre d’amitié autochtone de Barrie, Midhurst, ON
1-2 juin : Pow-Wow traditionnel de Kitigan Zibi, Kitigan Zibi, QC
1-2 juin : Peace River Pow-Wow, Peace River, AB
6 juin : 10e Annual Seven Oaks Traditional Pow Wow, Winnipeg, MB
8-9 juin : Pow Wow Abitibiwinni, Pikogan, QC
8-9 juin : Spirit of the Drum Pow Wow, Smith Falls, ON
8-9 juin : Maamwi Kindaaswin Festival & Pow Wow, North Bay, ON
14-16 juin : Saint-Mary’s Pow wow, Saint-Mary’s First Nation (Fredericton), NB
20-21 juin : Sturgeon Lake Traditional Pow Wow, Valleyview, AB
21 juin : Pow-wow d’Ekuanitshit, Ekuanitshit (Mingan), QC
21-23 juin : Soaring Spirit Festival, Hamilton, ON
22 juin : Banff Iiniskim Cross-Cultural Pow Wow, Banff, AB
22-23 juin : Summer Solstice International Competition Pow Wow, Ottawa, ON
22-23 juin : Tobique Pow wow, Tobique Mudwass Park, NB
28-30 juin : Pow-wow International de Wendake, Wendake, QC
28-30 juin : Beaver Lake Cree Nation Annual Competition Powwow, Lac La Biche, AB
29 juin au 1er juillet : Gordon First Nation Pow Wow, Kawacatoose, SK

Juillet
5-7 juillet : Pow-wow d’Odanak, Odanak, QC
5-7 juillet : Oromocto Annual Pow-wow, Oromocto, NB
5-7 juillet : Ermineskin Cree Nation Pow Wow, Maskwacis, AB
5-7 juillet : Miawpukek Pow Wow, Conne River, T-N
12-14 juillet : Pabineau Pow wow, Pabineau First Nation, NB
12-14 juillet : Grand rassemblement des Premières nations, Mashteuiatsh, QC
12-14 juillet : Squamish Nation Youth Powwow, West Vancouver, BC
13-14 juillet : Échos d’une nation fière, Kahnawake, QC
13-14 juillet : Point Kettle and Stony Point Annual Pow Wow, Kettle & Stony Point First Nation, ON
18-21 juillet : Eel Ground Pow wow, Eel Ground, NB
20-21 juillet : Pow-wow de Lac Simon, Lac Simon, QC
26-28 juillet : Pow-wow Mawiomi de Gesgapegiag, Gesgapegiag (Maria), QC
26-28 juillet : Metepenagiag Mi’kmaq Nation (Red Bank) Pow wow, Metepenagiag, NB

Août
2-4 août : Pow-wow de Manawan, Manawan, QC
2-4 août : Pow-wow traditionnel de Chisasibi, Chisasibi, QC
2-4 août : Kamloopa Powwow, Kamloops, BC
3-4 août : Pow-wow traditionnel de Listuguj, Listuguj (Pointe-à-la-Croix), QC
9-11 août : Samson Cree Nation Powwow, Maskwacis, AB
10-11 août : Festival deux Nations, une fête, Cacouna, QC
10-11 août : Pow-wow traditionnel de Pessamit, Betsiamites, QC
10-11 août : Pow-wow traditionnel de Wemindji, Wemindji, QC
16-18 août : Pow-wow de Mistissini, Mistissini, QC
16-18 août : Kehewin Pow Wow, Kehewin, AB
16-18 août : Neyaashiinigmiing Annual Traditional Pow Wow, Neyaashiinigmiing, ON
16-18 août : Pow-wow d’Esgenoôpetitj, Burnt Church, NB
17-18 août : Pow wow des jeunes de Uashat mak Mani-Utenam, Maliotenam, QC
23-25 août : Rama Powwow, Rama, ON
23-25 août : Pow-wow d’Essipit, Essipit (Tadoussac), QC
24-25 août : Eel River Bar Pow-wow, Eel River Bar First Nation, NB
24-25 août : Pow wow traditionnel Première Nation de Timiskaming, Timiskaming, QC
30 août au 1er septembre : Elsipogtog Pow-wow, Elsipogtog, Big Cove, NB
31 août au 1er septembre : Pow-wow de Wemotaci, Wemotaci, QC
31 août au 1er septembre : Kanehsatake Pow-wow, Kanehsatake, QC

Septembre
7-8 septembre : Akwesasne International Pow-wow, Akwesasne, QC
7-8 septembre : Georgian Bay Native Friendship Centre Pow Wow, Midland, ON
13-15 septembre : Pow-wow de Wôlinak, Wôlinak, QC
13-15 septembre : Kingsclear First Nation Pow-wow, Kingsclear, NB
20 septembre : Pow-wow annuel McGill, Université McGill à Montréal, QC
20-22 septembre : Pow-wow de Waskaganish, Waskaganish, QC

(SVP envoyez un courriel à espaces.autochtones@radio-canada.ca pour inclure d'autres pow-wow dans la liste)

 

Société