•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de train rapide Toronto-Windsor franchit une autre étape

Photo de Kathleen Wynne au micro
La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, en compagnie des ministres Steven Del Duca et Deb Matthews Photo: YouTube/Gouvernement de l'Ontario
Radio-Canada

Après des années de discussions, le gouvernement ontarien investit 15 millions de dollars dans la réalisation d'une étude d'impact environnemental sur le projet de relier Toronto à Windsor en passant par Kitchener-Waterloo, grâce à un nouveau train rapide.

Un texte de Claudine Brulé

« Il est temps d'étudier sérieusement cette idée qui existe depuis des décennies », dit la première ministre Kathleen Wynne.

Faits saillants de la nouvelle ligne ferroviaire projetée :

  • des stations à Toronto (gare Union), Chatham, London, Kitchener-Waterloo, Guelph, de même qu'une connexion vers l'aéroport Pearson;
  • vitesse maximale de 250 km/h;
  • utiliserait à la fois des rails existants et de nouveaux corridors spécifiquement dédiés;
  • temps de déplacement entre Toronto et London de 73 minutes;
  • temps de déplacement entre Toronto et Windsor réduit à un peu plus de 2 h (plutôt que 4 h, actuellement);
  • coût de 19 milliards de dollars, dont 11-12 milliards pour la première phase, entre Toronto et London.
Carte du nouveau tronçonLe tracé (en mauve) qu'emprunterait le train rapide. Photo : Ministère des Transports

La première ministre Kathleen Wynne ajoute que le nouveau tronçon pourrait attirer 10 millions de passagers par an. C'est 10 fois plus que la clientèle actuelle de VIA Rail dans ces régions.

Réaliste?

Un train défile sous un ciel bleuLes trains à grande vitesse sont répandus en France, notamment. Photo : Getty Images / Enzojz

Un appel d’offres sera lancé à l’automne pour la conception de ce nouveau corridor ferroviaire. Une nouvelle agence sera par ailleurs mise sur pied pour superviser les travaux.

Toutefois, la réalisation de l'étude d'impact environnemental pourrait prendre six ans. Le ministre des Transports, Steven Del Duca, espère que ce sera fait en quatre ans.

 

Annonce électoraliste?

Les prochaines élections provinciales auront lieu en juin 2018. Le député conservateur Michael Harris accuse les libéraux « d'annoncer à nouveau » un projet de transport en commun qu'ils « ne mèneront jamais à terme ».

Construit par tronçons

De son côté, l’ancien ministre fédéral des Transports David Collenette a conclu dans un rapport remis à la province que le projet était viable. Le gouvernement Wynne lui avait donné le mandat en 2015 d’évaluer la faisabilité du train rapide. Il a effectué des consultations et soutient qu’il est tout à fait possible d’engager le secteur privé dans le financement et la réalisation du projet.

Le rapport de David Collenette suggère de construire le train rapide par tronçons, en commençant par la section entre Toronto et London, qui serait terminée en 2025. L’ensemble du corridor serait en service en 2031.

Les coûts estimés sont de 55 millions de dollars par kilomètre. Un train plus rapide, voyageant à 300 km/h, serait bien plus coûteux, avec des estimations à près de 150 millions pour chaque kilomètre.

Toronto

Transport en commun