•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Donald Trump se dit victime d'une « chasse aux sorcières »

Le président américain, Donald Trump, nie toute interférence dans l'enquête du FBI sur les liens possibles entre des membres de son équipe et la Russie.

Photo : Reuters / Kevin Lamarque

Radio-Canada

La désignation d'un procureur spécial pour mener l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine est saluée tant par des démocrates que des républicains, mais Donald Trump ne voit pas cette nomination d'un bon œil.

Le chef de la Maison-Blanche se dit victime de « la plus grande chasse aux sorcières » de l’histoire des États-Unis.

Il répète qu’« il n’y a jamais eu de collusion avec la Russie » et qu’il n'a pas demandé à l'ancien directeur du FBI James Comey de mettre un terme à son enquête sur les liens entre la Russie et le premier conseiller à la sécurité nationale de la présente administration, Michael Flynn.

Croyez-moi, il n'y a pas de collusion. La Russie est bien, mais qu'il s'agisse de la Russie ou d'un autre pays, ma plus grande priorité, croyez-moi, ce sont les États-Unis.

Donald Trump, président des États-Unis

« Je respecte cette décision, mais tout ça divise le pays » a déclaré le président américain au cours d’une conférence de presse avec son homologue de la Colombie.

Il a ensuite ajouté que même « ses ennemis le reconnaissent » sans toutefois préciser s'il parlait de ses ennemis personnels ou des ennemis des États-Unis.

L'entrevue de Sébastien Bovet avec Gilles Paris, correspondant à Washington pour le quotidien « Le Monde »

Donald Trump dit ne pas en avoir contre l’ancien directeur du FBI, Robert Mueller, qui devra mener cette enquête. Il blâme plutôt les démocrates qui, selon lui, tentent de venger leur défaite électorale.

Jeudi matin, il a même écrit qu'« avec tous les gestes illégaux commis pendant la campagne Clinton et l'administration Obama, aucun procureur spécial n'a jamais été nommé ». Il n'a fourni ni exemple ni preuve concernant ces « gestes illégaux ».

Robert Mueller aura donc les pouvoirs de se pencher sur les allégations d'entrave à la justice et d'abus de pouvoir qui planent sur Donald Trump. L’enquête pourrait également mener au dépôt d’accusations criminelles.

Cette nomination est bien accueillie par les élus à Washington, notamment chez les démocrates qui réclamaient depuis longtemps une enquête indépendante du pouvoir politique.

Joe Lieberman favori pour succéder à Comey au FBI

Donald Trump a aussi déclaré qu'il était sur le point de choisir un nouveau directeur du FBI pour succéder à James Comey, et que son grand favori était Joe Lieberman.

L'ex-sénateur démocrate et ancien colistier d'Al Gore à l'élection présidentielle de 2000 a pris sa retraite en 2013, après avoir siégé pendant 24 ans à la chambre haute du Congrès.

Joe Lieberman avait soutenu le républicain John McCain en 2008, puis Hillary Clinton l'an dernier.

La Maison-Blanche n'a pas donné de calendrier précis pour le remplacement de James Comey, congédié le 9 mai.

Le candidat choisi par Donald Trump devra recevoir la confirmation du Sénat.

Avec les informations de Associated Press, Reuters, et Agence France-Presse

International