•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les états financiers de l'ACFR provoquent une pétition

Le logo de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR)
L'Association canadienne-française de Regina (ACFR) Photo: ACFR
Radio-Canada

Onze membres de l'Association canadienne-française de Regina (ACFR) ont déposé une pétition demandant la tenue d'une assemblée générale extraordinaire pour discuter des états financiers 2015-2016 de l'organisme.

La pétition fait mention de l’article 5.6.3 des statuts et règlements de l’ACFR, qui permet aux membres de réclamer une telle réunion. Selon cet article, « une assemblée générale extraordinaire peut être convoquée par la présidence à la demande du conseil d’administration ou si une demande est faite par 10 membres individuels en règle ».

De son côté, le président de l’organisme, Siriki Diabagaté, affirme qu’il a pris connaissance de la pétition dans la nuit de mercredi à jeudi. « On va demander un avis légal pour voir ce qu’on peut faire avec ça », explique-t-il. « Si ça respecte les textes de notre association, on va s’exécuter. Mais si ça ne [les] respecte pas, on ne va pas tordre le cou à la constitution de notre association. »

Un déficit de 45 789 $

Une rencontre d’information visant à expliquer les états financiers de l’année 2015-2016 est déjà prévue le vendredi 19 mai en soirée. C’est à la demande de participants de l’assemblée générale extraordinaire qui avait eu lieu le 4 mars 2017 que l’association a décidé d’organiser cette rencontre. Certains membres avaient à ce moment demandé plus de détails sur l’argent investi et sur le déficit de 45 789 $ de l’organisme.

Toutefois, l’ex-présidente de l’ACFR, Marie-France Kenny, a affirmé mercredi qu’elle craint que cette séance d’information sur les états financiers ne passe inaperçue parce qu’elle a été organisée à la dernière minute, peu publicisée et qu’elle a lieu en même temps que la réunion d’un autre organisme fransaskois.

Pour sa part, Siriki Diabagaté estime que le délai donné par l’organisme à ses membres pour les avertir de la tenue d’une séance d’informations= sur ses finances est approprié. « On a donné une semaine d’avis. On pense que c’est assez », a-t-il affirmé en entrevue à l'émission Point du jour.

Il a ajouté que l’association n’est pas obligée d’annoncer une réunion d’information un nombre de jours précis à l’avance, comme c’est le cas avec les assemblées. « Dans nos statuts et règlements, il n’y a absolument rien qui nous oblige à des dates, comme l’assemblée générale extraordinaire et ordinaire », a-t-il soutenu.

Saskatchewan

Francophonie