•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La possible fermeture nocturne du laboratoire de l’hôpital de Pohénégamook inquiète

La mairesse de Pohénégamook, Louise Labonté, à la séance du conseil d'administration du CISSS du Bas-Saint-Laurent.
La mairesse de Pohénégamook, Louise Labonté, à la séance du conseil d'administration du CISSS du Bas-Saint-Laurent. Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron

Des résidents et des élus de Pohénégamook craignent la fermeture du laboratoire de leur hôpital de 20 h à 8 h. Ils ont fait part de leurs inquiétudes au conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent mercredi.

Si le projet voit le jour, la seule infirmière qui travaille de nuit à l’hôpital pourrait devoir effectuer différents tests en laboratoire comme des prélèvements et des analyses.

Selon les dirigeants du CISSS, cette infirmière n’a en moyenne que deux consultations par nuit à faire. Une explication qui ne rassure pas les citoyens, qui pensent que cette nouvelle charge de travail pourrait réduire la qualité des soins.

On n'a pas beaucoup de patients la nuit, non. On a une petite population, mais le ou les deux patients qu’on a et qui sont des cas cardiaques, ils ont besoin d’un service et ils ont besoin d’une infirmière qui donne les services qu’elle a.

Louise Lemieux, membre du comité santé du Transcontinental

La nouvelle mesure pourrait entrer en vigueur dès le mois de juin.

Par ailleurs, la mairesse de Pohénégamook, Louise Labonté, a demandé au CISSS s’il était possible de trouver une manière de conserver les services de proximité.

Ce à quoi la présidente-directrice générale, Isabelle Malo, a répondu que les services étaient maintenus au Témiscouata au même titre que dans les autres MRC. Elle a ajouté que l’urgence de Pohénégamook n'était pas menacée de fermeture.

 

D’après les informations de Patrick Bergeron

Bas-Saint-Laurent

Santé