•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les policiers du SPVM profitent du 375e pour manifester

Chargement de l’image

Les policiers de Montréal ont manifesté leur mécontentement envers l'administration du maire Coderre, lors des célébrations du 375e de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Simon Martel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En dépit du climat de fête du 375e, des milliers de policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont profité du 17 mai pour manifester leur mécontentement envers l'administration du maire Coderre. Ils ont organisé une marche sous le slogan « pas le cœur à la fête ».

Ils ont marché du siège social du syndicat, situé sur le Plateau-Mont-Royal, jusqu'à l'hôtel de ville de Montréal. Ils tenaient une banderole affirmant : « Monsieur le maire, mettez fin au mépris ».

Le président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal, Yves Francoeur, s'est arrêté devant l'édifice pour prononcer un discours.

« On ne peut pas nous laisser sans convention depuis le 31 décembre 2014. On est tannés! En plus, on veut nous enlever notre droit de montrer notre mécontentement, encore une fois, avec une loi inconstitutionnelle sur nos uniformes. »

— Une citation de  Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers et policières de Montréal

Yves Francoeur a précisé que des négociations intensives auront lieu la semaine prochaine, du 23 au 26 mai. « On y va de bonne foi, mais on y va debout, pas à genoux monsieur le maire », a-t-il dit.

Les policiers de Montréal sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2014. Ils contestent la réforme des régimes de retraite municipaux dans la loi 15 en exerçant plusieurs moyens de pression. Ils portent des pantalons de camouflage depuis trois ans.

Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a d'ailleurs déposé un projet de loi à la fin avril pour forcer les policiers à porter leur uniforme.

« On sait pourquoi on est ici, oui pour souhaiter bonne fête, en appui dans ces débuts de réjouissance, mais surtout pour manifester notre exaspération », a indiqué le président du syndicat. Selon lui, tous les policiers qui n'étaient pas en service ont participé à la manifestation.

Il a souligné que la manifestation n'est pas une démonstration de force, mais plutôt un geste de solidarité.

Par ailleurs, une cinquantaine de cols blancs du Syndicat des employés municipaux de Montréal ont distribué des tracts.

Les policiers ont ensuite quitté l'hôtel de ville pour se rendre dans le Vieux-Port, où des dignitaires célébraient les festivités du 375e anniversaire de Montréal. Les manifestants se sont dispersés dans le calme.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une poignée de personnes contre la marche des policiers

Photo : Radio-Canada / Mélissa François

Les policiers qui manifestaient portaient des jeans, des pantalons de couleur ou des pantalons de style camouflage. Les agents du SPVM qui étaient chargés d’encadrer la manifestation de leurs collègues portaient des signes distinctifs.

« Ils ont une chemise identifiée police, naturellement, avec une veste pare-balles. Ils ont des armes à feu, des armes intermédiaires. De plus, ils ont les brassards de visibilité jaune fluorescent, qu’ils utilisent normalement sur les différents services d’ordre », a expliqué l’inspecteur-chef Alain Gagnon, en point de presse.

 

Plus tôt dans la journée, les syndiqués ont réalisé un coup d’éclat en installant quatre énormes panneaux publicitaires visant à dénoncer l'attitude du maire dans les négociations portant sur le régime de retraite, aux abords du pont Jacques-Cartier, sur l'avenue Viger Ouest, sur le boulevard Saint-Laurent et à la jonction de l'autoroute 10 et la route 132. On peut y voir le maire Denis Coderre portant un chapeau de fête.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !