•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente de principe entre Montréal et ses pompiers

Détail de la portière d'un camion de pompiers de Montréal arborant des autocollants de revendications syndicales.
Détail de la portière d'un camion de pompiers de Montréal arborant des autocollants de revendications syndicales. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

La Ville de Montréal a conclu une entente de principe avec son syndicat des pompiers sur la restructuration de son régime de retraite et sur les différends en matière de relations de travail.

Le maire Denis Coderre en a fait l’annonce mercredi, par l’intermédiaire de son compte Twitter, en pleines célébrations du 375e anniversaire de la fondation de Montréal.

L’Association des pompiers de Montréal (APDM), qui représente 2400 pompiers, a confirmé l’entente par voie de communiqué.

L’entente prévoit la fin des moyens de pression liés à l’adoption de la loi 15 sur les retraites, ainsi que le règlement des litiges, dont celui concernant des actes de vandalisme commis lors d’une manifestation à l’hôtel de ville en août 2014.

L'APDM ne peut fournir davantage de détails sur les modalités de règlement des litiges pour le moment. Six pompiers avaient été suspendus et une cinquantaine, au total, faisaient l'objet de procédures en lien avec les événements de 2014.

L'entente de principe devra être approuvée en assemblée générale des membres de l'Association, dont la date sera connue sous peu.

« Je suis très heureux, tout le monde s’est parlé. Je l’ai dit, on veut des ententes négociées, on est capable de se parler. On peut faire tous partie de la solution », a déclaré le maire de Montréal, Denis Coderre.

« Alors, je pense que c’est un beau message pour ceux qui manifestent ce soir », a-t-il ajouté, visiblement à l’intention des policiers qui, eux, manifesteront ce soir pour rappeler leur litige en matière de retraite et le fait qu’ils sont sans contrat de travail depuis deux ans et demi.

Grand Montréal

Relations de travail