•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire soumis à un référendum

Les explications de Camille Simard

Un référendum se tiendra le 16 juillet sur le projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire. Les 17 signatures requises ont été apposées sur le registre mercredi, avant l'heure limite de 19 h.

Un texte d'Alain Rochefort

Soixante-deux citoyens de cette municipalité, qui compte 6000 habitants, décideront donc du sort du projet de cimetière musulman sur un terrain de 18 000 mètres carrés, derrière les installations de l'entreprise funéraire Harmonia.

Seuls les électeurs domiciliés dans une zone concernée par le projet de règlement auront droit de vote, selon ce qu’a expliqué mercredi matin Cathy Bergeron, directrice générale adjointe et directrice du service d'urbanisme.

Diane Vallières fait partie des signataires du registre. Elle n’est pas d’accord avec la façon de procéder de la Municipalité.

« Toute la population de Saint-Apollinaire devrait avoir le droit de s’exprimer, déplore-t-elle. On ne veut pas en avoir [de cimetière], mais je pense que le projet est assez avancé. »


Des opposants au projet de cimetière musulman sont réunis à Saint-Apollinaire.Des opposants au projet de cimetière musulman à Saint-Apollinaire Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Désinformation

Mme Vallières exerce aussi son droit de vote pour des raisons environnementales.

« Vous savez que les cimetières musulmans enterrent leur mort à six pouces sous terre. Au niveau écologique, c’est pas fort », fait-elle valoir.

Après vérification avec le Centre culturel islamique de Québec, les dépouilles sont plutôt enterrées à 1,5 mètre sous le sol, dans un cercueil.

Sylvain Roy, directeur chez Harmonia, organisera des journées portes ouvertes, en prévision du référendum, afin d’éviter que les gens concernés directement par le projet soient désinformés.

« On va leur expliquer vraiment quel est le projet et leur donner l’heure juste pour être certains qu’ils connaissent tous les paramètres réglementaires, notamment les règlements au niveau du ministère de l’Environnement et comment le projet va se déployer. »

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Québec

Société