•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta conseille à la Colombie-Britannique de ne pas prendre l’économie en otage

La première ministre albertaine, Rachel Notley, au cours d'une conférence de presse.

La première ministre albertaine, Rachel Notley, promet de porter son message dès la formation du gouvernement issu des élections en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Trevor Wilson

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La première ministre albertaine, Rachel Notley, a adressé une mise en garde sèche aux politiciens de Colombie-Britannique, affirmant que s'opposer à la construction de l'expansion du pipeline Trans Mountain reviendrait à « prendre en otage l'économie de tout le pays ».

Un texte de Laurent Pirot

La dirigeante albertaine a choisi de ne pas attendre les résultats définitifs de l’élection en Colombie-Britannique pour tenter de peser sur le débat autour du projet de pipeline de Kinder Morgan.

L’entreprise a obtenu l’autorisation du gouvernement fédéral pour tripler la capacité de son oléoduc qui exporte du pétrole albertain vers la région de Vancouver.

Les néo-démocrates de Colombie-Britannique, qui pourraient former l’opposition officielle, et les verts, qui semblent détenir la clé d’une majorité à Victoria, s’opposent à ce projet. Les libéraux de Christy Clark ont fini par approuver le projet Trans Mountain après de longues négociations.

« Je suis en complet désaccord avec ceux qui pensent qu’une province ou une région peut prendre en otage l’économie d’une autre province, ou dans ce cas, de tout notre pays », a expliqué Rachel Notley.

Ce n’est pas la façon dont on fonctionne au Canada.

Une citation de : Rachel Notley, première ministre albertaine

La première ministre de la Colombie-Britannique a dit ne pas être parfaitement au courant de ce que Rachel Notley a déclaré. En conférence de presse, Christy Clark a rappelé que c'est un processus fédéral et qu'il faut attendre ce qu'il en ressortira. Elle a toutefois souligné que Kinder Morgan a respecté les cinq conditions que la province avait dévoilées pour les projets de pipelines, dont Trans Mountain.

À la question de savoir si elle changerait d'avis sur Trans Mountain pour gagner le soutien des verts, Mme Clark a répondu « ne pas avoir d'opinion sur ce que nous allons faire avec le Parti vert avant d'avoir discuté avec le Parti vert à ce sujet ». Les verts, menés par Andrew Weaver, sont en effet opposés à Trans Mountain. Christy Clark a ajouté qu'elle ne possède pas de réponses aux questions soulevées et qu'elle aura plus de « précisions » lorsque les résultats finaux des élections seront connus.

La première ministre estime que le gouvernement de la province voisine n’aurait pas les moyens juridiques d’empêcher le projet. Il pourrait aller au-delà de ses pouvoirs raisonnables pour essayer de le ralentir, mais cela créerait beaucoup d’incertitude pour les investisseurs, juge la première ministre.

À Vancouver, des milliers de manifestants autochtones et non autochtones ont dénoncé le projet Trans Mountain, en novembre 2016.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À Vancouver, des milliers de manifestants autochtones et non-autochtones ont dénoncé le projet Trans Mountain, en novembre 2016.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Le gouvernement albertain juge l’expansion du pipeline cruciale pour le développement de l’économie de la province et souligne qu’il créera des milliers d’emplois.

La province pourra également exposer son point de vue devant la cour fédérale d’appel. Edmonton a en effet obtenu le statut d’intervenant dans la contestation judiciaire intentée contre le pipeline.

Les audiences auront lieu en octobre. Kinder Morgan espère commencer la construction avant la fin de 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !