•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comme dans le film Lion, cette policière indienne sauve les enfants perdus

Rekha Mishra, policière affectée au terminus de train Chhatrapati Shivaji de Mumbai.

Rekha Mishra, policière affectée au terminus de train Chhatrapati Shivaji de Mumbai.

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Radio-Canada

Un enfant disparaît toutes les huit minutes en Inde. Seulement la moitié de ces enfants perdus retrouvent leurs parents. Ce n'est pas suffisant, mais c'est déjà beaucoup. Tout cela grâce au travail d'anges gardiens comme Rekha Mishra, qui a sauvé 434 enfants disparus l'an dernier.

Un texte de Thomas Gerbet, correspondant en Inde.

Dans le film Lion, inspiré d'une histoire vraie, un petit Indien de cinq ans s'endort dans un train et se réveille des centaines de kilomètres plus loin, complètement perdu, incapable de parler la langue locale, à la merci de la violence de la rue et des abus d'adultes. Des enfants disparus comme celui-là, la policière Rekha Mishra en recueille tous les jours.

« Ils embarquent sur des trains de longue distance sans savoir où aller, raconte l'agente affectée au terminus Chhatrapati Shivaji, la plus grande gare de Mumbai. Les trains ne vont pas plus loin, donc ils finissent par sortir ici. »

Extrait du film Lion  

La policière de 32 ans n'a pas vu le film Lion, mais ses yeux brillent lorsque nous lui racontons son intrigue. « Ce genre d'incident arrive aussi ici », dit-elle. Il y a quelques mois, trois filles de 14 ans en tenue d'école ont débarqué du train express en provenance de Chennai, à 1300 kilomètres.

« Elles s'étaient échappées des griffes de kidnappeurs », explique Rekha Mishra. « Elles erraient dans la gare, incapables de parler ni hindi ni anglais. Je les ai recueillies, et nous avons trouvé une personne parlant tamoul pour traduire et nous permettre de retrouver les parents. »

On peut voir que ces enfants ont peur, tout seuls, dans la gare.

Rekha Mishra, policière affectée au terminus Chhatrapati Shivaji de Mumbai.

Selon l'association Railway Children, un enfant indien débarque seul dans une gare toutes les cinq minutes. Ces jeunes perdus viennent souvent grossir les rangs des 11 millions d'enfants vivant dans les rues du pays.

« Il arrive aussi que certains perdent leurs parents à l’heure de pointe [chaotique en Inde]. À chaque fois qu'on voit une fille ou un garçon seul, on l'interroge », explique la policière.

Annonce pour retrouver les parents d'une fillette perdue recueillie par les autorités, sur le site du National Crime Records Bureau.

Annonce pour retrouver les parents d'une fillette retrouvée perdue, sur le site du National Crime Records Bureau du gouvernement indien.

Photo : NCRB India

« Le danger, c'est que les enfants soient recrutés pour des activités illégales comme mendier, vendre de la drogue ou faire de la contrebande... Ils peuvent aussi devenir les proies d'abus sexuels, dit Rekha Mishra. Je fais particulièrement attention aux filles. »

Quand elle n'arrive pas à rertouver les parents, la policière les envoie dans un refuge du gouvernement.

Nombreuses fugues

Rekha Mishra, policière

Rekha Mishra, policière, dans la station de train CST

Photo : Radio-Canada / Thomas Gerbet

Beaucoup d'enfants de villages fuguent pour fuir la violence, les abus, la pauvreté... et utilisent le réseau ferroviaire pour se rendre dans les grandes villes, où ils espèrent trouver une vie meilleure. Une fois sur le quai du terminus, ils sont complètement déroutés, perdus et apeurés au milieu du chaos, sans savoir quoi faire.

« Je les recueille, je les écoute et je les guide », explique la policière. Dans les trois premiers mois de 2017, Rekha Mishra a de nouveau aidé plus d'une centaine de jeunes désorientés. Une goutte d'eau parmi les 65 000 enfants disparus chaque année en Inde, mais une contribution précieuse.

International