•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une campagne de lettres pour protéger le Conseil scolaire fransaskois

Le canevas de la lettre à envoyer au ministre de l'Éducation.

Des membres de la communauté appellent les Fransaskois à écrire au ministre de l'Éducation, Don Morgan.

Photo : Radio-Canada / Anouk Lebel

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des membres de la communauté fransaskoise lancent une campagne de mobilisation pour faire valoir la spécificité du Conseil scolaire fransaskois auprès du gouvernement de Brad Wall dans la foulée des compressions en éducation et du projet de loi 63. Ce projet de loi vise à octroyer au gouvernement un meilleur contrôle des finances des écoles de la province.

Le groupe appelle les parents, grands-parents et diplômés des écoles fransaskoises à écrire au ministre de l'Éducation, Don Morgan.

« L'objectif, c'est de faire comprendre au gouvernement Wall et au ministre de l'Éducation que les Fransaskois ont des enjeux particuliers et que ça fait plusieurs années que leurs besoins ne sont pas entendus », explique une porte-parole, Anne Brochu Lambert.

Elle explique que le groupe a préparé deux canevas de lettres à envoyer au ministre, en anglais et en français. « Ces lettres sont faciles à expédier. Ce qu'on veut faire, c'est des envois par courriel, on a aussi une page Facebook », indique-t-elle.

« Je me fais un devoir de rappeler à ce gouvernement que notre communauté s’est battue longuement, puis a travaillé d’arrache-pied pour créer le Conseil scolaire fransaskois. »

— Une citation de  Extrait de la lettre

Selon Mme Brochu Lambert, cinq lettres sont parvenues au bureau du ministre de l'Éducation, dont la sienne.

La lettre rappelle que le système scolaire fransaskois est encadré par l’article 23 de la Charte des droits et libertés, qui vise à garantir des services scolaires équivalents aux élèves des minorités linguistiques.

« Déjà, nos défis sont grands : les écoles fransaskoises primaires de Saskatoon, Regina et Prince Albert sont surpeuplées depuis plusieurs années. Ce gouvernement fait la sourde oreille aux multiples requêtes du Conseil scolaire fransaskois et des parents qui voient la nécessité de construire une deuxième école primaire dans ces communautés. », poursuit la lettre.

Le ministre de l'Éducation, Don Morgan, n'a pas voulu commenter.

Avec les informations de l’émission Point du jour et d'Andréanne Apablaza

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !