•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’enquête nationale sur les femmes autochtones échoue, selon un rapport

Un montage de portraits de femmes et filles autochtones disparues.

L'Association des femmes autochtones du Canada attribue un zéro à l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées dans son deuxième rapport.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ENFFADA) se voit attribuer un zéro par l'Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), qui a publié mardi son deuxième bulletin relatif à cette enquête.

Le rapport de l'AFAC mesure les 15 engagements du mandat de la commission avec un système de notation par code de couleur. Par exemple, le jaune représente une action requise, le rouge est un échec, et le gris correspond à une information insuffisante.

Selon le rapport, la commission a échoué dans 10 de ces 15 engagements. Trois ont également été classés jaunes, pour action requise, et 2 ont obtenu la couleur grise pour information insuffisante, dévoile le document.

Ce deuxième rapport de l’AFAC critique notamment un problème majeur de communication avec les familles des victimes. « Nous demandons depuis le début que cette enquête mette les familles en premier, et cela ne se fait pas », indique la présidente de l’AFAC, Francyne Joe.

Je suis préoccupée par le fait que, si les commissaires n'ont pas de bonnes [rencontres] où ils peuvent répondre aux questions des familles, ils n'auront pas la confiance et la relation dont ils ont besoin pour faire de cette enquête un succès.

Une citation de : Francyne Joe, présidente de l'AFAC

L’AFAC évoque également l'absence d’un processus respectueux envers les personnes, les familles et les communautés touchées. « C'est vraiment décevant que l’enquête semble avoir une approche plus juridique que familiale », souligne Francyne Joe.

Lors d'une rencontre de la Coalition des femmes autochtones disparues et assassinées du Manitoba qui a eu lieu en fin de semaine, des participants ont soulevé des inquiétudes sur le processus et la façon dont les proches et les survivants seront traités.

La présidente précise toutefois : « Il reste encore assez de temps pour faire de cette enquête quelque chose dont nous pouvons être fiers en tant qu'individus et en tant que Canadiens. »

Un autre rapport de l'AFAC doit être dévoilé à l'automne.

Selon les informations de Martha Troian et Kelly Malone, CBC

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !