•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le suicide chez les hommes démystifié dans un documentaire néo-brunswickois

L'équipe du documentaire La vie au masculin. De gauche à droite, deuxième rangée : Georges Phillips, Normand Lévesque, Céline Fortin (productrice), Christian Lamarche et André Turcotte. En bas : Roger Guimond (technicien de son et narration) et Justin Roy (réalisateur)
L'équipe du documentaire La vie au masculin. De gauche à droite, deuxième rangée : Georges Phillips, Normand Lévesque, Céline Fortin (productrice), Christian Lamarche et André Turcotte. En bas : Roger Guimond (technicien de son et narration) et Justin Roy (réalisateur) Photo: Marcel Côté Photographie
Radio-Canada

Il existe toujours des tabous entourant la détresse psychologique, spécialement chez les hommes. C'est cet aspect de la santé mentale qu'a voulu aborder un groupe de la région de Kedgwick-Saint-Quentin, au Nouveau-Brunswick. Il l'a fait par le truchement d'un documentaire intitulé La vie au masculin, disponible gratuitement en ligne depuis le 4 mai.

Un texte de Kassandra Nadeau-Lamarche

D'une durée de 30 minutes, La vie au masculin est une idée de la coordonnatrice de Prévention du suicide et promotion de la vie pour la région de Kedgwick-Saint-Quentin, Céline Fortin. Le taux élevé de suicides dans la région l’a motivée à trouver un moyen fort d'interpeller le public.

Quatre personnages

Dans La vie au masculin, on rencontre quatre hommes de la région de Kedgwick-Saint-Quentin qui ont vécu de près la dépression ou le suicide. Parmi eux, Normand Lévesque, qui a vécu un épisode d'épuisement professionnel durant ses études, il y a 17 ans.

Même si, à un moment donné, il pensait qu’il n’y avait plus de solutions, il s'en est sorti. « J'ai consulté, j'ai demandé de l'aide. J'ai pu trouver des gens qui m'ont supporté. C'est sûr que ma famille en premier, c'est là que le noyau familial est important. »

Il ajoute qu’il est très important d’être patient envers soi-même, que les changements ne s’effectuent pas du jour au lendemain. Aujourd'hui enseignant, Normand Lévesque espère que le partage de son expérience incitera les jeunes garçons à parler plus facilement de leurs émotions.

Cibler les hommes

À travers quatre témoignages percutants, Céline Fortin voulait mettre de l'avant la situation des hommes, qui représentent 80 % des suicides chaque année au Nouveau-Brunswick.

Un homme, ça a le droit de pleurer, ça a le droit d'aller chercher de l'aide. Et souvent, ils vont se faire une carapace et ils vont vouloir rester forts, mais, à un moment donné, faut aller chercher de l'aide.

Céline Fortin, coordonnatrice de Prévention du suicide et promotion de la vie
Justin Roy en entrevue à Radio-Canada. À 17 ans, Justin Roy a réalisé le documentaire La vie au masculin. Photo : Radio-Canada / Bernard Lebel

Pour réaliser le projet, madame Fortin s'est associée à un jeune cinéaste de 17 ans, Justin Roy, qui avait déjà produit quelques vidéos pour le comité de prévention du suicide Le Maillon.

Le jeune homme est très fier du travail accompli. « Ce n'était vraiment pas ma première vidéo, et probablement pas la dernière non plus, explique-t-il. Mais c'était de loin la plus valorisante en termes qu'il y avait un message dedans. »

Nouveau-Brunswick

Suicide