•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À la découverte des oiseaux près de chez vous

Épervier brun mâle, adulte, observé à la station de baguage de Rimouski le 11 mai 2017.

Épervier brun mâle, adulte, observé à la station de baguage de Rimouski le 11 mai 2017.

Photo : Observatoire d'oiseaux de Rimouski

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2017 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il n'y a pas que les oies blanches qui passent chez nous au printemps pour migrer vers le nord. Des dizaines d'autres espèces d'oiseaux font aussi halte au Québec au printemps pour s'engraisser. Des chercheurs de l'Université du Québec à Rimouski viennent tout juste d'inaugurer une station de baguage dans le secteur du Rocher-Blanc, à Rimouski, pour mieux les observer.

Un texte de Julie Tremblay

Imaginez, vous lever au petit matin, installer des filets dans les arbres et attendre que les oiseaux viennent. C'est ce que font une dizaine de chercheurs et d'étudiants, depuis le 20 avril, pour étudier les oiseaux migrateurs.

oiseau baguéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les oiseaux sont bagués pour pouvoir être identifiés et permettre aux chercheurs de mieux comprendre leur migration.

Photo : Radio-Canada / Simon Turcotte

À partir du lever du soleil, ils font des tournées chaque 30 minutes pour recueillir les oiseaux capturés dans les filets qu'ils ont installés plus tôt. Ils les observent et les baguent avant de les laisser poursuivre leur route.

Ça nous permet de mesurer la vitesse d'engraissement, l'importance du site de halte, également de mesurer les distances de migration des oiseaux et leurs routes migratoires.

Une citation de : Mikaël Jaffré, chercheur postdoctoral en écologie et biodiversité et directeur de l'Observatoire d'oiseaux de Rimouski

En observant le plumage et le poids des oiseaux, notamment, les chercheurs peuvent déterminer leur âge et leur vitesse d'engraissement. À long terme, ils pourront aussi mieux évaluer l'évolution des populations de chaque espèce.

« Rimouski a un intérêt vraiment stratégique par sa position géographique », affirme Mikaël Jassré. Il explique qu'une concentration importante d'oiseaux migrateurs longe les rives du Saint-Laurent avant de le traverser et passe par Rimouski.

La diversité des habitats de la région en fait un endroit privilégié pour observer différentes espèces :

« Il y a l'habitat marin, il y a l'habitat agricole, les prairies humides, il y a des tourbières, du résineux, du feuillu donc tout ça fait qu'il y a une diversité d'habitat qui amène une diversité d'oiseaux », explique le chercheur.

Quelques informations sur la station de baguage de Rimouski :

  • 1000 oiseaux capturés jusqu'à maintenant
  • 67 espèces différentes observées
  • la station est la 3e au Québec (les autres sont à Montréal et Tadoussac)

La station de baguage fait partie d'un projet de recherche lancé en 2016 qui vise à étudier la migration des oiseaux. Outre le Rocher-Blanc, le quai de Pointe-au-Père et le belvédère Raoul-Roy du parc du Bic sont aussi utilisés pour faire de l'observation, sans toutefois qu'il y ait des activités de baguage.

Les oiseaux sont capturés à l'aide de grands filets déployés dans la forêt.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les oiseaux sont capturés à l'aide de grands filets déployés dans la forêt.

Photo : Radio-Canada

Une journée « portes ouvertes »

À l'occasion de la Journée mondiale de la biodiversité, le 22 mai, Mikaël Jaffré invite la population à se rendre à la station de baguage pour se familiariser avec les activités des scientifiques et observer les oiseaux de près.

Les premières heures du jour sont vraiment très très intéressantes pour voir une plus grande diversité, un plus grand nombre d'oiseaux possible.

Une citation de : Mikaël Jaffré

Même si les chercheurs s'attendent à davantage de visites le 22 mai, les amateurs d'oiseaux ou les curieux peuvent se rendre à la station de baguage tous les jours entre 5 h 30 et 11 h du matin. Les activités se termineront le 10 juin.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !