•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Serge Savard fait la promotion d’un projet minier sur un territoire autochtone en Ontario

Serge Savard est président du Conseil d’administration de Nio Bay qui veut faire de l’exploration minière dans la région de Moosonee, dans le Nord de l’Ontario.

Serge Savard est président du Conseil d’administration de Nio Bay qui veut faire de l’exploration minière dans la région de Moosonee, dans le Nord de l’Ontario.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Première Nation de Moose Cree, dans le nord-est de l'Ontario est outrée par l'arrivée mercredi à Moosonee de l'ancien joueur vedette du Canadien de Montréal qui vient défendre un projet minier auquel s'opposent les Autochtones. Serge Savard est président du conseil d'administration de NioBay.

La compagnie NioBay souhaite réaliser une campagne de forage pour évaluer la teneur en niobium dans la région.

En mars dernier, l’entreprise a déposé une demande de permis d’exploration au ministère du Développement du Nord et des Mines de l’Ontario.

La Première Nation de Moose Cree s’oppose au projet. Elle reproche aussi à NioBay de continuer de faire la promotion de ces travaux miniers malgré l’opposition de la communauté.

« Il s’agit d’un milieu humide sensible et qui revêt une grande importance culturelle et environnementale pour la communauté », peut-on lire dans son communiqué émis mardi.

L’hydrographie dans ce secteur est aussi une source importante d’eau potable, indique Anna Baggio, directrice de la conservation pour l’organisme Wildlands League, qui a donné son appui à la bande.

« Il y a plusieurs raisons pour lesquelles l’Ontario devrait dire non à ce permis », dit-elle.

Exclure un territoire de l’exploitation minière

NioBay détient déjà des droits miniers sur le territoire situé à 45 km au sud de la ville de Moosonee, près de la baie James.

Nio Bay veut faire de l’exploration minière sur le territoire de la Première Nation Moose Cree.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nio Bay veut faire de l’exploration minière sur le territoire de la Première Nation Moose Cree.

Photo : Radio-Canada / Google Earth

Sur son site web, elle dit avoir acquis la propriété en juin 2016 de Barrick Gold, James Bay Columbium et Goldcorp.

Selon Anna Baggio, les Premières Nations devraient pouvoir exiger que certains territoires soient exclus de l’exploitation minière.

« Les Premières Nations devraient pouvoir indiquer qu’il n’y aura jamais d’activité minière ici. Et dans ces cas, le gouvernement a la discrétion de ne pas délivrer de permis et devrait même aller un peu plus loin et exclure complètement ces terres de ces activités », dit-elle.

Elle explique que le gouvernement se veut un organisme réglementaire moderne, mais a tendance à continuer d’agir selon la vieille mentalité de « l’industrie minière d’abord ».

NioBay veut exploiter un projet minier sur le territoire de la Première Nation Moose Cree.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

NioBay veut exploiter un projet minier sur le territoire de la Première Nation Moose Cree.

Photo : Radio-Canada / Facebook Niobay Metals Inc

Niobay veut « démentir des rumeurs » au sujet du projet

Le président de la minière NioBay Claude Dufresne dit avoir « personnellement écrit 5 ou 6 fois à la chef Patricia Faries » pour lui demander de le rencontrer. « Elle refuse toujours ».

Selon lui, des rumeurs circulent dans la communauté quant aux impacts environnementaux que pourrait avoir le projet. « Il y a des gens qui racontent que ce sera une mine à ciel ouvert, mais on parle plutôt d'une petite mine avec très peu d'impacts pour l'environnement ».

NioBay tiendra une séance d’information à Moosonee. « Le message qu'on veut passer c'est : avant de juger qu'un projet est risqué, il faut s'informer sur ce que le projet est en tant que tel. »

Il précise que la mine aurait une durée de vie de 30 à 40 ans, et explique qu'un projet similaire mais trois fois plus vaste est en déjà opération au Lac-Saint-Jean.

Hockey et mines

Le président du Conseil d’administration de NioBay n’est nul autre que l’ancien joueur vedette du Canadien de Montréal, Serge Savard qui participera à la rencontre de mercredi.

Serge Savard ancien joueur de hockey est président du Conseil d'administration de Nio Bay.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L’ex-joueur du Canadien Serge Savard ne sera pas présent à Moosonee pour promouvoir le projet minier de NioBay sur la côte ouest de la baie James.

Photo : Radio-Canada / Facebook NioBay Metals Inc

La Première Nation de Moose Cree se dit outrée de sa présence en ces termes.

« Moose Cree est une ville de hockey, mais Serge Savard n’est pas le bienvenu dans ces circonstances », écrit la chef Patricia Faries.

La réponse du gouvernement

Dans un courriel, le ministère du Développement du Nord et des mines (MDNM) indique que bien que NioBay Metals ait acheté des baux miniers, ceux-ci ne donnent pas en soi le droit de poursuivre des activités d’exploitation et d’exploration minière.

La demande de NioBay est à l’étude et aucune décision n’a été prise, indique le ministère qui continue par ailleurs à consulter la Première Nation Moose Cree.

Le MDNM dit aussi qu’il continue de travailler avec NioBay et la Première Nation pour déterminer s’il y a possibilité que les projets proposés aient des incidences sur les droits ancestraux et ceux issus de traités.

Il termine en disant que toute incidence potentielle identifiée servira à prendre une décision quant à l’octroi d’un permis.

 

Avec les informations de Stéphany Laperrière

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Métaux et minerais