•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts qui ont travaillé sur le rapport MacNeil témoignent au procès de la GRC

Le palais de justice de Moncton

Le palais de justice de Moncton

Photo : Radio-Canada / Michèle Brideau

Radio-Canada

Le procès de la GRC, accusé en vertu du Code canadien du travail, se poursuit mardi au palais de justice de Moncton. La GRC est accusée de ne pas avoir assuré la sécurité de ses policiers tués ou blessés lors de la fusillade.

Au quatorzième jour de ce procès, le tribunal entendra les témoignages de deux experts qui ont travaillé sur le rapport MacNeil, à la suite de la fusillade de Moncton.

Le rapport du sous-commissaire de la GRC à la retraite, Alphonse MacNeil, montrait que les policiers étaient mal formés et mal équipés pour faire face à un tireur comme Justin Bourque.

Un expert en formation témoigne

Le sergent Sam Tease, un expert en formation et sécurité des agents, a été appelé à la barre des témoins mardi matin. ll a expliqué comment fonctionne le modèle d'intervention pour la gestion d'incidents (MIGI), une ligne directrice qui doit guider l'intervention des agents sur le terrain. Selon le sergent Tease, les policiers doivent non seulement évaluer les menaces, mais aussi voir à se protéger, derrière un véhicule par exemple.

Avec deux collègues, le sergent a reconstitué la séquence des événements lors de l'intervention policière du 4 juin 2014. Selon lui, les policiers ont eu de bons réflexes, mais des erreurs ont aussi été commises.

Interrogé sur l'utilité des carabines, le sergent Tease a indiqué que ce type d'arme aurait amélioré la portée des agents par rapport au tireur. Il s'est dit d'accord que Justin Bourque était plus puissant avec son arme que l'étaient les policiers.

Selon le sergent, les gilets pare-balle rigides assurent une protection, même s'ils sont mis à l'envers, puisque les plaques de céramique se trouvent de chaque côté. Les agents n'ont pas vraiment besoin de formation pour apprendre à les enfiler, a-t-il dit, mais des vidéos en ligne expliquent comment faire.

Suivez le procès ici par l'entremise des messages Twitter de nos journalistes :

 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Justice et faits divers