•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oléoduc d'Énergie Est : un comité de vigilance est formé au Témiscamingue

Une trentaine de citoyens désiraient avoir des renseignements à propos du projet d'oléoduc d'Énergie Est
Une trentaine de citoyens désiraient avoir des renseignements à propos du projet d'oléoduc d'Énergie Est Photo: Radio-Canada / Tanya Neveu

Un comité de vigilance a été créé lundi en lien avec le projet d'oléoduc d'Énergie Est de Transcanada. Le Centre de femmes du Témiscamingue organisait une séance d'information publique sur le sujet à St-Bruno-de-Guigues en collaboration avec l'Association pour la préservation du lac Témiscamingue.

Avec les informations de Tanya neveu

Une dizaine de citoyens se sont manifestés pour siéger au comité de vigie qui souhaite s'assurer de bien renseigner la population du Témiscamingue sur le projet Énergie Est. Devant une trentaine de personnes, deux citoyens engagés ont exposé leurs inquiétudes.

Une des préoccupations se situe au niveau du produit qui va circuler dans le pipeline déjà existant depuis 45 ans au Nord-est ontarien, explique Denis Carrier. « [L'oléoduc] a l'âge où il devrait être réparé et surtout pas transporter un produit qui demande plus de pression, corrosif en plus. En fait, un produit qui a 340 % plus de chance de risque de couler que si c'était du pétrole conventionnel », dit-il.

Les autres inquiétudes soulevées lors de cette rencontre ont un lien direct sur les impacts possibles sur le lac Témiscamingue même si le pipeline est situé en Ontario.

Pascal Bibeau s'intéresse au dossier depuis 3 ans. « Le lac est à risque, affirme-t-il. C'est notre économie, notre société au Témiscamingue et notre environnement qui est menacé donc c'est sûr que je me sens interpelé. Une catastrophe naturelle, elle les frontières géopolitiques, elle ne connaît pas ça. Le pétrole s’il fuit il n'arrêtera pas au milieu du lac parce qu'il tombe au Québec, il va traverser. »

Le comité de vigie devrait tenir une première rencontre sous peu pour évaluer les actions à prendre au cours des prochaines semaines.

Abitibi–Témiscamingue

Environnement